Le Québec se prépare à une possible période de canicule et la Société de sauvetage rappelle aux Québécois que la prudence est de mise au moment de la baignade.

LA PRESSE CANADIENNE

Le directeur général de l'organisme, Raynald Hawkins, insiste d'abord sur l'importance d'être toujours accompagné lorsqu'on souhaite se rafraîchir à la maison ou sur un plan d'eau, afin de s'assurer d'avoir quelqu'un prêt à intervenir en cas d'ennuis.

Il recommande également d'éviter les plongeons pour ne pas se blesser gravement, de ne pas s'aventurer dans les points d'eau dont le courant peut surprendre s'ils ne sont pas aménagés pour la baignade et de redoubler de vigilance avec les enfants.

Pour M. Hawkins, «apprendre, c'est répéter», et c'est pourquoi il est important de revenir à la charge année après année.

Peu à peu, la stratégie semble fonctionner, puisqu'il affirme que le bilan du nombre de morts par noyades est passé de 125 en 1990 à 75 l'an dernier.

Ce plus récent chiffre n'est cependant pas encore officiel, puisque toutes les données du coroner ne sont pas disponibles.

M. Hawkins mentionne au passage que les lacs et les rivières sont les endroits les plus meurtriers, suivi du fleuve et ses affluents, puis des installations résidentielles.