Un deuxième juge du Québec annonce sa retraite de la Cour suprême du Canada en autant d'années. Après Marie Deschamps l'été dernier, ce sera au tour de Morris Fish de tirer sa révérence le 31 août prochain.

LA PRESSE

La juge en chef du Canada, Beverley McLachlin, en a fait l'annonce par communiqué lundi en fin d'après-midi. Elle a vanté ses contributions au Canada et affirmé qu'il manquerait à ses collègues.

« À la date prévue de ma retraite, j'aurai servi mon pays à titre de juge de ses plus hauts tribunaux depuis près d'un quart de siècle - dont plus de dix ans à la Cour suprême du Canada », a pour sa part déclaré le juge Fish.

Cette vacance marquera la sixième occasion pour le gouvernement de Stephen Harper de nommer un magistrat au plus haut tribunal du pays. Sa dernière nomination était le Québécois Richard Wagner.

Le départ du juge Fish n'est pas une surprise, puisqu'il atteindra l'âge de la retraite obligatoire (75 ans) en novembre. Il était à la Cour suprême depuis 10 ans. Avant d'être nommé en 2003, il siégeait à la Cour d'appel du Québec depuis 1989.

Le dernier des trois juges québécois de la Cour suprême qui était en poste lorsque les conservateurs ont pris le pouvoir en 2006, Louis Lebel, doit prendre la sienne d'ici novembre de l'année prochaine.

Diplômé de l'Université McGill et de l'Université de Paris, Morris J. Fish s'est spécialisé en droit pénal et a pratiqué au sein de l'étude Cohen, Leithman, Kaufman, Yarosky & Fish, en plus d'enseigner le droit dans diverses universités montréalaises. Il a été conseiller juridique spécial à la Commission d'enquête sur l'industrie de la construction au Québec, la Commission Cliche.