Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a décidé de s'attaquer à la fatigue au volant, troisième cause de décès sur les routes, en lançant une campagne publicitaire conçue par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).

Mis à jour le 3 juill. 2012
LA PRESSE CANADIENNE

> Sur le web: section spéciale de la SAAQ

Le problème est observé depuis plusieurs années mais demeure largement sous-estimé chez les conducteurs qui négligent trop souvent de considérer leur état de fatigue avant de prendre le volant, selon les autorités.

Chaque année 116 personnes décèdent et 9410 autres sont blessées, en moyenne, dans un accident lié à la fatigue.

À l'instar de l'alcool, l'accumulation de fatigue affecte le jugement, les réflexes et diminue la concentration, ce qui mine les capacités des conducteurs. Pourtant, nombre de chauffeurs refusent de reconnaître les signes de fatigue et s'engagent néanmoins sur la route, comme pour l'alcool, alors que certains conducteurs jaugent mal leurs capacités à demeurer alerte et en état de conduire.

En pleine saison de vacances estivales et de longs trajets, la SAAQ lancera une campagne d'informations du 9 juillet et jusqu'au 19 août. Les messages porteront sur l'importance, pour les conducteurs, de respecter leurs propres limites et de s'arrêter pour se reposer dès que la fatigue se manifeste.

Le ministre des Transports, Pierre Moreau, souhaite que les conducteurs évaluent leur état de conduite avant de prendre la route. Selon le bilan routier 2011 présenté plus tôt cette année, un conducteur sur deux impliqués dans un accident avait dormi moins de six heures la veille de l'accident. Le risque est aussi accru après des trajets de plus de 17 heures de conduite.

En situation de fatigue, le conducteur aura de la difficulté à prendre des bonnes décisions sur la route, il lui faudra plus de temps à réagir et son champ de vision s'en trouvera réduit ce qui l'empêchera de distinguer avec discernement ce qui se trouve à proximité où ce qui pourrait surgir sur le côté.