Source ID:; App Source:

Une main et un pied envoyés à des écoles de Vancouver

Warren Lemcke de la police de Vancouver a... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Warren Lemcke de la police de Vancouver a indiqué que son corps de police avait communiqué avec le SPVM au sujet de restes humains découverts dans deux écoles locales mardi, mais a dit qu'il était trop tôt pour établir un lien avec l'affaire Magnotta.

Photo: La Presse Canadienne

Deux écoles primaires de Vancouver ont reçu cet après-midi des colis contenant des restes humains, a annoncé la police locale.

L'un des colis contenait un pied et l'autre, une main. La police vancouvéroise a indiqué qu'il était trop tôt pour identifier la personne à qui appartiennent les membres, mais a confirmé qu'elle était en contact avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui pilote l'enquête sur le présumé meurtrier Luka Rocco Magnotta.

Lors d'une courte conférence de presse, le chef adjoint de la police de Vancouver Warren Lemcke a dit que son corps de police se concentrerait sur établir l'identité de la victime et le lieu d'envoi des colis.

M. Lemcke ne pouvait pas dire si les colis, qui ont été ouverts par le personnel des écoles, avaient été expédiés par Postes Canada ou un autre service. «L'enquête n'est vieille que de quelques heures et pour l'instant, il ne m'est pas possible de la lier à quoi que ce soit », a déclaré M. Lemcke.

La main a été découverte à 13 h, heure locale, à l'école primaire False Creek Elementary School, située près du Village olympique.

En entrevue avec The Globe and Mail, le directeur de l'école, Bruce Murton, a indiqué que le colis recouvert d'un emballage blanc est arrivé par la poste et a été reçu au secrétariat. «Il dégageait une odeur. C'était un colis suspect, qui sentait mauvais.», a-t-il expliqué. M. Murton ne se souvient pas si le colis portait une adresse de retour.

Plus tard en après-midi, le personnel de la St George's School, une école privée pour garçons, a ouvert un paquet contenant un pied, a expliqué la police dans un communiqué.

Elle a ajouté que rien n'indiquait que des élèves ou des enseignants auraient été ciblés.

Les liens qui uniraient Magnotta et la Colombie Britannique sont, jusqu'ici, mal connus. En 2007, alors qu'il était âgé de 24 ans, Magnotta a déposé une déclaration de faillite à Mississauga, en Ontario. La plus grosse dette déclarée était de 6882 $ envers un concessionnaire automobile de Burnaby, près de Vancouver, selon une compilation publiée hier par le réseau Postmedia.

Le montant total de ses dettes s'élevait alors à environ 17 000 $. Parmi elles, Magnotta devait 800 $ en contraventions impayées à la Ville de Toronto, 500 $ à un centre d'entraînement physique de Scarborough, 200 $ en péages non honorés sur l'autoroute 407, 1400 $ en factures de téléphonie cellulaire chez Rogers et Bell Mobility et 2500 $ en loyer impayé pour un appartement torontois.

Magnotta devait également 1030 $ au ministère ontarien des Services sociaux, pour une dette dont la nature n'était pas précisée.

À cette époque, Magnotta a déclaré être employé comme « serveur », mais n'avait aucun revenu. La raison de la faillite était liée à « la maladie, le chômage et l'insuffisance de ses revenus pour honorer ses dettes ». Parmi ses dépenses courantes se trouvait une somme mensuelle de 200 $ en soins pour une condition médicale qui n'était pas précisée.

Plus tôt aujourd'hui en Allemagne, Luka Rocco Magnotta ne s'est pas opposé à son extradition au Canada après une brève comparution à Berlin. Il restera emprisonné le temps que les procédures d'extradition soient complétées.

Par ailleurs, la police montréalaise a indiqué que d'autres parties du corps de l'étudiant chinois Jun Lin avaient été découvertes dans les ordures du logement qu'il occupait dans le quartier Côte-des-Neiges. Il manque cependant toujours sa tête, de même que sa main droite et son pied droit.

Mardi le 29 mai, la police de Montréal a découvert un torse humain dans une valise mise aux ordures. Le même jour, un colis contenant le pied de la victime était reçu aux bureaux du Parti conservateur à Ottawa. Postes Canada interceptait également à Ottawa un second colis destiné cette fois au Parti libéral et contenant une main.

Sur son site internet, Postes Canada indique que la livraison d'un colis au Canada peut prendre jusqu'à neuf jours ouvrables.

--Avec La Presse Canadienne

--La conférence de presse sur le début de l'enquête est disponible sur le site de la police de Vancouver.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer