Les orignaux ne sont pas vraiment friands de la compagnie des humains, mais ils peuvent quand même devenir très envahissants. Dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, ils sont tellement nombreux, et les collisions routières sont si fréquentes, qu'une requête en recours collectif a été faite en décembre, contre le gouvernement provincial.

Mis à jour le 19 mai 2011
Bruno Bisson LA PRESSE

Le recours est fait au nom de Ben Bellows, devenu tétraplégique à la suite d'une collision survenue en juillet 2003, et de Hugh George, en réadaptation depuis un accident survenu en août 2010. Il a perdu l'usage du bras gauche et ne peut se déplacer seul sur une longue distance.

Il y a environ 700 collisions par année entre des originaux et des véhicules sur les routes de Terre-Neuve.

L'orignal n'est pas une espèce indigène dans cette province. Il a été importé au début du XXe siècle par le gouvernement. Le loup, qui aurait été un bon prédateur, était déjà en voie d'extinction à l'époque. «C'était en 1905, dit Paul Grosman. Il y avait quatre orignaux. Aujourd'hui, il y en a au moins 120 000.»

C'est plus d'un orignal au kilomètre carré. Il y a plus d'orignaux à Terre-Neuve que dans tout le territoire du Québec, qui est 15 fois plus grand. Avec une population d'un peu plus de 500 000 personnes, Terre-Neuve compte presque 1 orignal pour 4 habitants. En comparaison, en Ontario, c'est 1 orignal pour 120 habitants.

Les plaignants reprochent au gouvernement provincial d'avoir importé une espèce qui n'avait aucun prédateur naturel et de l'avoir laissée proliférer sans autre mesure que d'en autoriser la chasse. On lui reproche aussi de n'avoir pas pris de mesures suffisantes pour prévenir les collisions routières avec ces grands cervidés, qui peuvent peser plus de 700 kg.