L'écrasement d'un CF-18 la semaine dernière en Alberta a incité les autorités militaires à annuler pour le reste de l'année la participation de ces appareils à des spectacles aériens, touchant notamment des événements prévus à Val d'Or et Toronto.

LA PRESSE CANADIENNE

Le pilote du CF-18 qui s'est écrasé le 23 juillet à Lethbridge, lors d'un entraînement en vue d'un spectacle aérien, s'en est sorti avec des blessures au dos après avoir été éjecté de l'appareil et que son parachute se soit déployé tout juste avant qu'il ne touche le sol.

Le commandant de la première division aérienne du Canada, le brigadier-général Richard Foster, a affirmé vendredi qu'il ne restait pas suffisamment de temps pour trouver un pilote qualifié pour remplacer le capitaine Brian Bews, qui se remet de ses blessures.

M. Foster a soutenu dans un communiqué qu'il était «malheureux» de ne pas pouvoir conclure la saison, mais que les Forces armées ne voulaient pas précipiter la préparation d'un autre pilote.

Un CF-18 devait être utilisé dans huit spectacles aériens incluant des événements à Val d'Or, Toronto, Wetaskiwin, en Alberta, Abbotsford, en Colombie-Britannique, Windsor, en Ontario, Shearwater, en Nouvelle-Écosse, Salinas, en Californie, et San Francisco.

Une enquête est en cours pour tenter de déterminer les causes de l'accident.

Le capitaine Bews volait à basse vitesse et basse altitude lors d'une séance d'entraînement en vue d'un spectacle aérien lorsque des témoins ont eu l'impression que l'appareil calait avant de plonger vers le sol, où il s'est transformé en gigantesque balle de feu.