La gouverneure générale Michaëlle Jean s'est rendue au Congo, dimanche, alors que certaines indications laissent croire que le Canada pourrait assumer un rôle militaire plus important dans le pays africain déchiré par les conflits.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Une décision doit être prise d'ici quelques semaines quant à savoir si le Canada prendra la direction d'une force de maintien de la paix de l'ONU et dépêchera au Congo davantage que les 12 soldats qui s'y trouvent déjà.

On estime à cinq millions le nombre de personnes qui ont perdu la vie dans les différents conflits impliquant diverses armées et milices congolaises avec en arrière-plan le contrôle des ressources minières du pays.

Durant son séjour au Congo, il est prévu que la gouverneure générale rencontre des casques bleus et des dirigeants du pays. Toutefois, elle portera surtout attention à la violence contre les femmes.

Lors d'une allocution en présence de parlementaires, Mme Jean abordera la question de l'épidémie de viols qui sévit dans la république du Congo. Elle doit également rencontrer des femmes ayant été victimes de sévices sexuels.

À la suite d'une cérémonie officielle d'accueil à l'aéroport de Kinshasa, Mme Jean devait s'entretenir avec le conseiller spécial de l'ONU en matière de violence sexuelle.

La Congo est le deuxième pays à l'itinéraire de la tournée africaine entreprise la semaine dernière par la gouverneure générale, après le Sénégal et avant le Rwanda et la République du Cap-Vert.