Des travaux réalisés dans l'urgence. Une voiture garée au mauvais endroit au mauvais moment. Une grève subitement déclenchée. Tous les ingrédients étaient réunis sur un chantier montréalais pour donner d'étranges résultats.

Mis à jour le 30 mai 2017
Pierre-André Normandin LA PRESSE

La Ville de Montréal réasphalte une portion du boulevard René-Lévesque en prévision de la tenue, en juillet dans les rues de la métropole, de deux courses de Formule E, soeur électrique de la Formule 1.

L'événement ayant lieu dans moins de deux mois, l'entrepreneur responsable des travaux, Demix, doit donc travailler avec de courts délais. Voilà, le 23 mai, un obstacle inattendu se trouvait en plein chantier : une voiture garée.

Alors que les travailleurs de la construction débrayaient à minuit, l'entrepreneur, qui procédait à un blitz d'asphaltage, a ainsi décidé de ne pas attendre l'arrivée d'une remorqueuse et a procédé à l'épandage d'asphalte en contournant la voiture.

Montréal assure que cet asphaltage créatif ne paraîtra plus dès la fin du conflit dans le secteur de la construction.