La Ville de Toronto tranchera d'ici la fin mai si elle accepte - ou non - de reprendre l'organisation des Jeux policiers et pompiers mondiaux abandonnés par Montréal en avril.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

La métropole canadienne se dit convaincue des retombées économiques positives de la tenue de l'événement, mais veut s'assurer d'obtenir un important soutien financier de l'Ontario et d'Ottawa. 

Les élus torontois ont voté hier sur une demande d'étude de faisabilité. Toronto se dit prêt à débourser 3 millions pour la tenue des Jeux, mais il veut obtenir rapidement un engagement de l'Ontario et du gouvernement fédéral de 6 millions. 

Toronto était sur les rangs en 2011 pour obtenir la tenue des Jeux, mais il s'était fait damner le pion par Montréal.

À un an de l'événement, le maire Denis Coderre a toutefois décidé d'annuler l'engagement de sa ville en raison du mouvement de boycottage lancé par l'Association des pompiers de Montréal, en protestation contre le nouveau partage du coût des régimes de retraite imposé par Québec.