Les élus de la Ville de Montréal ont voté à l'unanimité, mardi soir, en faveur de l'inclusion de la cigarette électronique dans la Loi sur le tabac.

Mis à jour le 16 sept. 2014
Marie-Michèle Sioui LA PRESSE

Ils demandent ainsi au gouvernement du Québec de statuer sur les conditions dans lesquelles les cigarettes électroniques devraient être utilisées.

« Ni Santé Canada ni la Food and Drug Administration américaine n'ont approuvé les cigarettes électroniques », a rappelé le conseiller Marvin Rotrand, qui a présenté la motion. « La vente des cigarettes électroniques se fait à la faveur d'une zone grise, et malgré les avertissements des deux institutions sur les effets néfastes potentiels des cigarettes électroniques. »

La Ville dit préférer que le gouvernement du Québec révise la Loi sur le tabac elle-même, et que Santé Canada effectue les analyses nécessaires pour démontrer l'innocuité des cigarettes électroniques sur la santé. Mais Montréal formule un avertissement : si les autorités fédérales et provinciales « tardent à agir », elle demandera aux arrondissements montréalais d'adopter des règlements qui interdisent l'usage de la cigarette électronique, « par exemple dans les parcs ».

La motion initiale exigeait du ministère de la Santé publique qu'il interdise la cigarette électronique dans tous les endroits où la cigarette ordinaire est actuellement proscrite.

La Loi sur le tabac a été créée en 1998 et largement modifiée en 2005. Les modifications restreignant son usage dans les lieux publics sont entrées en vigueur en 2006.