Par une belle journée ensoleillée, une centaine de personnes se sont réunies samedi pour regarder sur grand écran des images de tempête de neige. Nostalgiques? Masochistes? Pas du tout. Il s'agit plutôt de se mettre dans un état d'esprit propice à proposer des idées pour faire de Montréal une ville intelligente en matière de déneigement.

ANNABELLE BLAIS LA PRESSE

Harout Chitilian, responsable de la ville intelligente au comité exécutif de la Ville de Montréal, a organisé samedi la première journée de remue-méninges pour développer les bases d'une application de déneigement. Montréal compte aussi investir 6,6 millions pour installer des GPS qui permettront à la Ville de suivre en temps réel les opérations de déneigement. La société de conseil en créativité f. & co animait la journée et s'était chargée d'inviter des citoyens, des fonctionnaires, des développeurs et des spécialistes des données ouvertes (open data), notamment.

« L'application doit être annoncée le 15 novembre, alors on est en amont du processus de création et de conception, a expliqué Francis Gosselin, cofondateur de f. & co. Le résultat servira à constituer le cahier des charges pour faire un appel d'offres. »

Harout Chitilian et Anie Samson, les deux vice-présidents du comité exécutif à la Ville de Montréal qui ont été surnommés « les dragons » pour l'occasion, recevaient chaque proposition sous forme de brèves présentations.

« Les opérations de déneigement sont claires et fonctionnent. Il n'est pas là, le problème », a expliqué Mme Samson à La Presse au terme des présentations.

Celle qui est responsable des services aux citoyens a d'ailleurs eu l'occasion de le répéter régulièrement l'hiver dernier: à chaque tempête, au moins 5000 voitures sont remorquées, ce qui ralentit les opérations de déneigement.

Une rencontre productive

Envoi d'alertes sur les cellulaires, panneaux numériques qui changent de couleur en fonction de la disponibilité des places de stationnement, patrouille de volontaires pour pelleter les trottoirs... les participants ne manquaient pas d'idées. Cela a permis de brosser un premier portrait des besoins: savoir rapidement et facilement où se garer et l'heure à laquelle passera la déneigeuse.

« On quitte [la rencontre] la tête pleine d'idées pour ensuite regarder comment ça peut s'appliquer dès novembre », a souligné Mme Samson.

D'autres rencontres de ce genre seront organisées, notamment sur le thème du transport, a indiqué M. Chitilian. Dans les prochains mois, le Bureau de la ville intelligente et numérique, créé en mars dernier, prendra le relais dans l'organisation de ce type de rencontres créatives.

Toutes les idées présentées hier seront résumées dans un rapport rédigé par f. & co qui sera ensuite remis au comité exécutif dans les prochains jours.

M. Chitilian a assuré qu'à la prochaine tempête, des applications seront prêtes à être expérimentées pour faciliter la vie des Montréalais.

Certains ont déjà hâte aux premières neiges pour découvrir lesquelles de leurs idées la Ville aura retenues... Ils devront toutefois patienter encore un peu d'ici là.