L'Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) saisira la Cour supérieure pour empêcher le Centre Bell de vendre de la bière lorsqu'un événement est uniquement projeté dans l'amphithéâtre, comme ce fut le cas le 14 mai lors du match du Canadien de Montréal à Boston.

Mis à jour le 21 mai 2014
Annabelle Blais LA PRESSE

«Le problème n'est pas la projection d'un seul match, mais s'il commence à diffuser les galas de boxe ou de UFC en vendant de l'alcool, ça deviendra un concurrent», a affirmé Peter Sergakis, président de l'UTBQ.

La veille du match du Canadien à Boston, M. Sergakis a déposé une plainte à la Régie des alcools, des courses et des jeux afin que la diffusion au Centre Bell soit annulée. La Régie a toutefois refusé d'y donner suite.

La définition d'amphithéâtre

M. Sergakis et son avocat, Me Sébastien Sénéchal, s'adresseront donc à la Cour supérieure cette semaine afin qu'elle force la Régie à tenir une audience. Au coeur du litige: la définition du terme «amphithéâtre» qui, selon la Loi sur les infractions en matière de boissons alcooliques, est un «établissement comprenant des gradins et une arène aménagée pour que puisse s'y donner un match ou un spectacle».

«La jurisprudence démontre que cela signifie que l'événement doit se tenir sur les lieux», a affirmé Me Sénéchal. Le but n'est pas d'empêcher les partisans d'aller au Centre Bell pour regarder les matchs sur grand écran... tant que l'événement n'est pas un prétexte pour vendre des boissons alcooliques.»

Selon la Régie, il n'y avait aucune ambiguïté. «Nos avocats ont analysé la plainte et ont conclu qu'il n'y avait pas d'infraction. La partie était diffusée en direct, alors ça correspond aux critères», a souligné Joyce Tremblay, responsable des communications à la Régie.