À bout de souffle, le pont Champlain pourra prendre sa retraite trois ans plus tôt que prévu: Ottawa a annoncé hier que les Montréalais devraient rouler sur leur nouveau pont en 2018 plutôt qu'en 2021.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

«On va tout faire pour que ce soit prêt; 2018 est une date garantie», a-t-il affirmé.

Malgré ces changements à l'échéancier, le ministre de l'Infrastructure, Denis Lebel, a promis de respecter le budget fixé. C'est plutôt une réorganisation de la chronologie des tâches qui permettrait d'économiser trois ans.

«On a modifié un peu nos façons de faire. Le fait que l'on doive remplacer le pont-jetée de l'île des Soeurs nous permet de voir les choses différemment et d'avancer [plus vite] dans la construction du nouveau pont», a expliqué Denis Lebel lors d'une conférence de presse tenue hier après-midi. «C'est simplement de réviser les étapes de notre échéancier. Au lieu de commencer par l'autoroute 15 ou d'autres travaux, on va commencer par le pont Champlain. On terminera les autres un peu plus tard.»

Ottawa ne tournera toutefois pas les coins ronds, a-t-il assuré. «Nous accorderons une attention particulière au maintien de normes strictes pour tous les travaux. Le nouveau pont sera sécuritaire et sera conçu pour avoir une durée de vie de 100 ans.»

Architecte imposé

Il n'y aura toutefois pas de concours architectural pour choisir le design du nouveau pont. C'est «simplement pas possible» avec des délais restreints, selon M. Lebel.

La firme d'ingénierie ARUP, qui appuie Ottawa dans ce projet, a décidé d'en confier la conception à Poul Ove Jensen, architecte danois de renommée internationale. «J'ai surtout vu son pont à Hong Kong. C'est assez impressionnant, s'est réjoui le ministre Lebel. Celui entre la Suède et le Danemark a une belle réputation, tout le monde en parle. Je n'ai aucun doute sur les compétences du monsieur.»

Marc Brazeau, haut fonctionnaire de Transports Canada, a précisé qu'ARUP avait travaillé avec M. Jensen sur plusieurs de ses projets de ponts. L'association était donc naturelle.

La firme montréalaise Provencher Roy et Associés donnera un coup de main à l'architecte scandinave. Hier, ils n'ont pas rappelé La Presse.

Dès le début du printemps, le processus d'appel d'offres et de qualification devrait aller de l'avant. Et au cours des prochaines semaines, la firme comptable PricewaterhouseCoopers devrait déposer son «plan d'affaires», qui établira avec précision le montant de la facture associée au nouveau pont, ainsi que le mode de fonctionnement du système de péage.

En effet, le ministre Denis Lebel l'a réitéré: le pont se fera en partenariat public-privé et comportera un péage.