«Au revoir, Gilles! On se revoit dans quatre ans.» - Le Bloc québécois

Stéphane Laporte LA PRESSE