Au fond, l'annulation des vols n'aura duré que le temps de dire Eyjafjallajökull.

Stéphane Laporte, Collaboration spéciale LA PRESSE