Jonathan Bettez, cet individu accusé de crimes de pornographie juvénile, a échoué dans sa tentative d'obtenir la permission de contre-interroger la policière qui a produit les affidavits ayant conduit à son arrestation.

Publié le 10 juill. 2018
NANCY MASSICOTTE LE NOUVELLISTE

Dans le cadre de la gestion des instances en vue du procès, son avocat, Me Marc-Antoine Carette, a déposé, lundi, une requête visant à obtenir le droit de contre-interroger cette enquêtrice. Il soutenait que certains passages de ses affidavits, qui ont permis l'émission de plusieurs mandats, étaient tendancieux et comportaient des passages trompeurs.

Le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, s'est opposé à cette demande en précisant que la policière avait agi de bonne foi et que les affidavits contenaient suffisamment d'éléments fiables pour qu'un juge décide d'émettre les mandats. Il a dit vouloir éviter une expédition de pêche et ainsi limiter les débats et le temps de cour.

>> Lisez la suite de l'article sur Le Nouvelliste