Un prolifique scénariste d'émissions pour enfants qui a écrit une scabreuse histoire de pédophilie juvénile impliquant un bébé, une fillette et son alter ego a écopé mardi d'une peine de deux ans de prison. Le Montréalais Tean Edison Schultz détenait des milliers de photos explicites d'enfants, principalement de fillettes âgées de 0 à 9 ans.

Louis-Samuel Perron LA PRESSE

La juge Sylvie Durand a particulièrement noté dans sa décision que l'auteur et musicien de 50 ans n'avait pas respecté ses conditions de mise en liberté en habitant pendant des mois avec de jeunes enfants. « Le Tribunal constate avec stupéfaction que l'accusé brise ses conditions sciemment, quotidiennement et sans vergogne avec sa cohabitation avec deux jeunes enfants », a conclu la juge.

Le caractère « particulièrement scabreux » d'un texte de 40 pages écrit par l'artiste a été relevé par la juge parmi les nombreux facteurs aggravants dans l'imposition de la peine. Dans ce récit, un bébé d'à peine 1 mois et une enfant de 9 ans faisaient des gestes sexuels explicites au personnage principal, l'alter ego de l'accusé, nommé Oncle Tean.

« En tant qu'artiste, j'étais sûr que je pouvais écrire ce que je voulais ! Maintenant, je comprends pourquoi c'est illégal. »

- Tean Edison Schultz pendant les observations sur sa peine, en octobre dernier

Il avait plaidé coupable en janvier 2017 à trois chefs d'accusation de distribution, possession et production de pornographie juvénile.

RISQUE DE RÉCIDIVE

La défense demandait un an de prison pour ces crimes, soit la peine minimale pour les chefs de distribution et de production de pornographie juvénile. Tean Edison Schultz imputait ses gestes à son trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), sa consommation de drogue et d'alcool et sa grave dépression à cette époque.

Or, la juge Durand s'est plutôt rendue aux arguments de la procureure de la Couronne, Me Stécie Jérôme, qui réclamait deux ans de détention. La juge a d'ailleurs rejeté le témoignage de la psychothérapeute de l'accusé qui a conclu « sans nuances » que M. Schultz n'avait aucune déviance sexuelle et ne présentait aucun risque de récidive.

En fait, Tean Edison Schultz souffre d'une problématique sexuelle axée sur la pédophilie envers les fillettes de moins de 10 ans et présente un risque de récidive légèrement supérieur à ceux dont le profil est identique, conclut la juge. En raison de sa détention préventive, il lui reste 21 mois et demi à purger à sa peine.

UN « HORRIBLE COMBAT »

Peu connu du grand public, Tean Edison Schultz a néanmoins écrit plus de 300 émissions pour enfants, notamment pour les séries Arthur, Caillou et Ludovic. Il a même décroché une nomination aux Gémeaux en 2009. « Je suis sûr que les gens ici ont des enfants ou des neveux qui les ont vues, je parle d'Arthur et de toutes les autres. J'ai fait de grandes choses, mais toujours avec cet horrible combat qui faisait rage en moi », avait-il expliqué à la cour l'automne dernier.

Lors de son témoignage, le scénariste s'était confié sans filtre sur ses démons et ses regrets et avait martelé son profond dégoût de la pornographie juvénile. « Regarder une fille de 11 ans n'est plus assez, vous devez voir une fille de 5 ans, et ce n'est pas assez, alors vous devez voir plus... c'est horrible, c'est absolument horrible ! Ça me rend malade. Vous vous sentez comme si vos os vont sortir de votre corps... c'est une compulsion », a-t-il raconté.