Un voleur maladroit a eu la frousse de sa vie hier soir quand le commis d'un dépanneur qu'il voulait braquer a sorti un long poignard. Dans sa fuite, il s'est sérieusement blessé à l'entrejambe.

Publié le 19 févr. 2013
David Santerre LA PRESSE

Vers 0h15, l'homme de 26 ans, armé d'un petit couteau dont la lame ne mesurait qu'une dizaine de centimètres, a fait irruption à la station-service Ultramar du 5220, rue Notre-Dame, près de l'autoroute 13, et a exigé le contenu du tiroir-caisse.

Au lieu d'obtempérer, le commis a sorti un long couteau et l'a pris en chasse. Paniqué, le voleur a pris ses jambes à son cou. Le commis ne l'a pas poursuivi et a composé le 911.

Environ 45 minutes plus tard, une dame a appelé la police de Laval pour dire qu'un jeune homme, visiblement blessé, cognait à sa porte en demandant de l'aide.

Sur place, les policiers ont constaté que le blessé correspondait à la description du voleur donnée par le commis d'Ultramar.

Avant d'être transporté à l'hôpital, le jeune homme a indiqué aux agents qu'ils trouveraient un peu plus loin une voiture qu'il avait volée.

Il semble que le jeune homme se soit sérieusement étiré des muscles ou des ligaments à l'entrejambe lors de sa course pour éviter le poignard du commis, au point de n'en plus pouvoir bouger. Il est toujours à l'hôpital.

Il est connu des policiers pour des vols qualifiés et devrait être accusé pour cette dernière tentative infructueuse.

«Il est important de rappeler qu'il n'est pas recommandé aux commis de dépanneurs de garder avec eux une arme pour se défendre. Si le voleur n'avait pas fui, il aurait pu y avoir bagarre au couteau et ça aurait pu très mal tourner. Ça ne vaut pas la peine pour des vols de quelques dizaines de dollars», a déclaré l'agent Franco Di Genova, porte-parole de la police de Laval.