Les policiers de Laval ont dû utiliser leur arme à feu contre un suspect à la suite d'une altercation qui a toutes les apparences d'une chicane de voisins.

Mis à jour le 25 janv. 2013
Émilie Bilodeau LA PRESSE

Vers 17h, les policiers ont reçu un appel concernant une altercation. À leur arrivée sur les lieux, au 969, avenue Rose-de-Lima dans le secteur Saint-Vincent-de-Paul, ils ont trouvé deux personnes qui avaient été agressées, peut-être à l'arme blanche. Le propriétaire de l'édifice, un homme de 85 ans, a subi plusieurs blessures au haut du corps. Il se trouverait dans un état critique et sa vie serait en danger. Son colocataire, un homme de 40 ans, aurait aussi été blessé, notamment à un bras. Les deux ont été transportés à l'hôpital.

Les victimes et le suspect habitaient tous le même immeuble, un édifice de deux étages, comptant trois appartements. Les policiers ont alors ouvert la porte du logement du suspect pour constater qu'il avait fui les lieux. «À son domicile, les policiers ont constaté que sur son lit, il y avait l'étui vide d'une arme longue, d'une arme à feu», a indiqué Franco Di Genova, porte-parole du Service de police de Laval.

Les policiers ont mené des recherches dans le quartier et repéré le suspect, armé, à une intersection de rue dans le croissant Pierre-Bédard. «Le suspect aurait braqué son arme sur les policiers qui semblent avoir eu très peu de temps pour réagir», a expliqué Daniel Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec, à qui l'enquête a été transférée en début de soirée.

L'homme de 34 ans a reçu le projectile au haut du corps. Alors qu'il était toujours conscient, il a été menotté et emmené à l'hôpital du Sacré-Coeur, à Montréal. Au moment de mettre sous presse, son état de santé était toujours critique, mais les médecins ne craignaient pas pour sa vie.

Selon nos informations, le suspect serait connu des policiers. Il souffrirait de troubles psychologiques et consommerait certaines drogues. Il aurait également certains antécédents judiciaires qui l'empêcheraient de posséder une arme à feu.

Tard en soirée hier, des enquêteurs et techniciens en scène de crime de la SQ examinaient les deux scènes, celle sur l'avenue Rose-de-Lima et l'autre dans le croissant Pierre-Bédard.