Un détenu qui serait proche des gangs de rue d'allégeance rouge pourrait avoir été assassiné après avoir passé seulement quelques heures derrière les barreaux, samedi soir, à l'établissement provincial de Rivière-des-Prairies.

David Santerre LA PRESSE

En fin de soirée, un gardien du secteur S-1, où sont détenus de nombreux membres des Bloods - ou Rouges -, cherchait Jean-Romel Victor pour le renvoyer dans sa cellule. 

C'est plutôt dans la cellule d'un autre détenu que l'homme de 35 ans a été trouvé, inconscient et présentant des marques sur le front. Il a été transporté à l'hôpital, où sa mort a été constatée. Une autopsie a été pratiquée sur sa dépouille hier.

En fin de journée, le sergent Benoit Richard, de la Sûreté du Québec, a confirmé que les enquêteurs considèrent l'homicide comme la cause la plus probable de la mort. Aucun suspect ou mobile n'a été identifié pour le moment.

Jean-Romel Victor avait un long casier judiciaire, surtout constitué de condamnations pour trafic de marijuana ou de cocaïne. Plusieurs condamnations, mais toujours de petites peines - amendes ou quelques jours de prison. 

Samedi, il était en prison depuis quelques heures seulement lors de sa mort. Il venait d'être arrêté et de comparaître sous des chefs d'accusation de voies de fait armées causant des lésions, et de port d'une imitation d'arme à feu. Des gestes qui auraient été commis le 30 août.