Accusée de complot et de recyclage des produits de la criminalité, la femme d'Arthur Porter, l'ex-directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Pamela Porter, devra patienter jusqu'à mardi prochain avant de savoir si le juge accepte sa demande de libération sous caution.

Mis à jour le 20 juin 2013
Caroline d'Astous LA PRESSE

Pamela Porter a comparu jeudi au palais de justice de Montréal. Elle était vêtue d'un chandail en manches courtes bleu et d'un pantalon de coton gris. Assise dans le box des accusés, la femme de 53 ans n'a manifesté aucune émotion. Elle a, par contre, échangé des regards avec l'une de ses filles, présente dans la salle d'audience.

Mme Porter a été arrêtée par les autorités du Panama le 27 mai dernier dans un aéroport. Elle est détenue au Canada depuis son extradition.

Son époux est encore détenu au Panama, où il conteste son extradition. Il fait face à des accusations de fraudes, complot pour fraude envers le gouvernement, abus de confiance, commissions secrètes, et recyclage des produits de la criminalité.

Le juge Robert Marchi rendra sa décision mardi prochain. L'audience fait l'objet d'une ordonnance de non-publication sur les éléments de preuve présentés.