Deux policiers du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), un inspecteur et un lieutenant-détective, font l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec (SQ) pour des allégations de nature criminelle, a appris La Presse.

Daniel Renaud LA PRESSE

Les deux policiers, l'inspecteur Régis Audet et le lieutenant-détective Martin Valiquette, ont été « déplacés administrativement » il y a une quinzaine de jours, le temps que s'effectue l'enquête menée par la Direction des normes professionnelles de la SQ.

« Nous sommes au stade des allégations. Il y a effectivement deux policiers qui ont été changés d'affectation temporairement. Lorsque nous avons été mis au courant de ces allégations, autour du 4 octobre, nous avons agi promptement et fait appel à la Sûreté du Québec par souci de transparence », a indiqué à La Presse le grand patron des relations médias du SPAL, l'inspecteur Martin Crépeau.

« Nous avons reçu une demande d'assistance de la police de Longueuil, demande à laquelle nous avons acquiescé. Mais puisqu'il s'agit d'une enquête en cours, nous ne commenterons pas davantage. » - Guy Lapointe, inspecteur de la SQ

Selon nos informations, les allégations criminelles concerneraient un abus de confiance, la fabrication d'un faux rapport et une entrave. Il s'agit toutefois d'allégations et les deux hommes ne sont pas accusés de quoi que ce soit pour le moment.

Au moment des faits allégués, l'inspecteur Régis Audet et le lieutenant-détective Martin Valiquette travaillaient au Bureau d'analyse et de renseignement criminel (BARC) du SPAL. C'est à cet endroit que sont recueillies et entreposées tous les informations obtenues de diverses façons par la police de Longueuil, y compris de très sensibles.

Selon nos sources, il semblerait qu'un conflit entre les deux hommes et une employée du même bureau puisse être la trame de fond de cette nébuleuse affaire. Les gestes sur lesquels on a enquêté seraient survenus avant mars 2016 et, fait d'autant plus troublant, pourraient également avoir un lien avec un troisième policier longueuillois, Marc-Olivier Perron.

VOL DE DONNÉES INFORMATISÉES

Ce dernier est actuellement accusé d'utilisation non autorisée d'un ordinateur, d'introduction avec effraction, d'abus de confiance et de possession d'arme. Le soir du 17 mars 2016, quelques heures après une opération antidrogue du SPAL, il se serait introduit dans les bureaux du BARC, dans l'arrondissement de Saint-Hubert, où il aurait frauduleusement utilisé un ordinateur et volé des informations provenant des banques de données informatiques de la police. Il a été arrêté trois semaines plus tard.

Marc-Olivier Perron travaillait au BARC au moment de l'intrusion. Il y avait lui-même été affecté dans le cadre d'un déplacement administratif, alors qu'il faisait l'objet d'une enquête criminelle pour avoir ouvert le feu sur une femme qui se trouvait dans une voiture en marche et qui avait failli le renverser en octobre 2011. Dans cette affaire, il a été reconnu coupable d'usage négligent d'une arme à feu et condamné à des travaux communautaires assortis d'une probation de deux ans. Il a ensuite porté sa cause en appel.

Les deux policiers affectés à d'autres tâches il y a 10 jours sont des employés de la police de Longueuil depuis plus de 20 ans. Martin Valiquette a été décrit par des collègues comme un policier très impliqué et dévoué à son travail. En juin 2017, il avait été l'un des principaux intervenants dans une série d'articles de La Presse sur des façons de faire innovatrices de la police de Longueuil pour lutter contre les gangs de rue. Parmi celles-ci, des rencontres auxquelles les parents de jeunes étaient invités et lors desquelles on les mettait au courant de gestes répréhensibles de leurs enfants qui leur étaient inconnus jusque-là.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Photo David Boily, archives La Presse

En juin 2017, Martin Valiquette avait été l'un des principaux intervenants dans une série d'articles de La Presse sur des façons de faire innovatrices de la police de Longueuil pour lutter contre les gangs de rue.