Après avoir passé un mois en prison pour des attouchements sexuels sur une mineure, l'ex-maire de Montréal-Nord, Gilles Deguire, a été libéré sous conditions lundi dernier, après avoir purgé le sixième de sa peine.

Isabelle Ducas LA PRESSE

L'homme de 67 ans avait été condamné à six mois derrière les barreaux et deux ans de probation le 24 mars, pour des attouchements qu'il a fait subir à une jeune fille pendant deux ans, entre 2013 et 2015, alors que la victime était âgée de 13 à 15 ans.

Il a comparu devant la Commission des libérations conditionnelles lundi, au sixième de sa peine, telle que le prévoit la procédure. La journée même, les commissaires ont accepté qu'il rentre chez lui, en respectant certaines conditions.

Gilles Deguire devra notamment poursuivre une thérapie déjà entreprise auprès d'un sexologue, a confirmé son avocat, Me Frank Pappas. «C'est une bonne personne qui a mal agi et qui avait besoin d'aide», affirme l'avocat.

L'homme est aussi inscrit au registre des délinquants sexuels.

Après une carrière de 30 ans dans la police, Gilles Deguire a travaillé comme attaché politique de la députée libérale Line Beauchamp, puis est devenu maire de Montréal-Nord en 2009. Il avait démissionné en janvier 2016, au moment où des accusations étaient portées contre lui. 

Il avait plaidé coupable lors de son procès, en décembre dernier, en affirmant faire preuve d'un «repentir extrêmement sincère» et en demandant pardon à sa victime.

L'adolescente, qui a témoigné en cour, a dit avoir eu des pensées suicidaires. «Cet homme m'a carrément détruite. Il a volé mon adolescence et sûrement même, une partie de ma future vie», a-t-elle raconté.