Les politiciens dénoncent les violences et les intimidations contre la communauté juive de Montréal après la découverte d’impacts ressemblant à ceux de balles dans la vitrine d’un restaurant.

La mairesse Valérie Plante a écrit sur le réseau social X que l’acte semble avoir été commis dans le but d’intimider la communauté juive de la ville.

La police a annoncé mercredi qu’elle enquêtait après la découverte de trois petits trous dans la vitrine d’un commerce du quartier montréalais du Mile End

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

La police a affirmé qu’elle ne peut pas confirmer si les trous ont été faits par des balles ni quel en était le motif.

Les députés libéraux montréalais Rachel Bendayan et Anthony Housefather ont déclaré que le restaurant, Falafel Yoni, figurait sur une soi-disant « liste de boycottage » d’entreprises juives qui circulait en ligne.

Rachel Bendayan a fait savoir qu’il ne s’agissait que du dernier d’une série d’incidents qui ont laissé certains membres de la communauté juive effrayés à l’idée de porter la kippa ou de laisser leurs enfants aller à l’école.