Les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont porté un dur coup jeudi à une organisation criminelle très active à Montréal et proche des Hells Angels. Six des individus ciblés étaient toutefois toujours en cavale en fin d’après-midi.

Publié le 21 avril
Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Dès 3 h 30, les enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO), chapeautée par la Sûreté du Québec, ont commencé à cibler une douzaine d’individus, dont l’un des chefs présumés de cette organisation appelée Fratrum, Seeyomak Salemi-Seyfeddin, aussi considéré comme étant relié au crime organisé de souche Proche-Moyen-Orient (PMO).

Ces arrestations constituent la deuxième phase et la phase finale de l’enquête Percuter, au cours de laquelle les policiers ont arrêté le secrétaire de la section des Hells Angels de Montréal, Vincent Boulanger, et plusieurs autres individus reliés aux motards, le 15 mars dernier.

Salemi-Seyfeddin, Boulanger, et plusieurs des autres individus arrêtés jeudi et le 15 mars dernier avaient fait l’objet de perquisitions en cours d’enquête.

Les limiers de l’ENRCO avaient notamment perquisitionné une école de combat et des commerces que certains suspects tenaient dans le bâtiment de l’ancien Pro Gym, sur la rue Hochelaga, de même que des commerces de location de véhicules de luxe, vraisemblablement pour étayer une preuve de trafic de stupéfiants et de recyclage des produits de la criminalité.

« L’enquête tend à démontrer que les individus visés appartiendraient à un consortium montréalais chargé d’approvisionner en cocaïne des réseaux de vente de stupéfiants appartenant aux Hells Angels à travers la province », a indiqué la SQ par voie de communiqué.

Selon un document judiciaire obtenu par La Presse, au cours de cette enquête, les enquêteurs ont intercepté plus de 210 000 communications, dont plus de 8500 en farsi, la langue principalement parlée en Iran.

Les arrestations de jeudi matin ont lieu à Montréal, Brossard, Sainte-Julie, Granby, Mirabel et à l’Établissement de détention de Montréal, communément appelé Bordeaux.

Six des suspects visés, dont Seeyomak Salemi-Seyfeddine, ont comparu jeudi après-midi au palais de justice de Montréal, pour faire face à plusieurs chefs, la plupart reliés au trafic de stupéfiants. La Poursuite s’est opposée à la remise en liberté de Seyfeddine, qui est aussi accusé de gangstérisme, et à certains autres accusés, et leur enquête sur cautionnement à été reportée au 29 avril, pour la forme.

Seyfeddine et plusieurs accusés n’ont pas le droit de communiquer avec certains individus, dont les Hells Angels Vincent Boulanger, Stéphane Plouffe, Jean-Richard Larivière et Patrick Lock, et un de leurs associés, Guillaume Leblanc, surnommé Le Russe.

Les six suspects qui étaient toujours au large au moment d’écrire ces lignes sont Sidi Ayoub Cherkaoui, 27 ans, Romeo Rugero, 29 ans et Denis Desputeaux, 27 ans, tous trois de Montréal, Mathieu Bélanger, 37 ans et Andrée-Ann Vignola-Sullivan, 31 ans, de Repentigny, et enfin Daniel Larivière, 31 ans de Mirabel.

PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

Sidi Ayoub Cherkaoui, recherché par la police.

PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

Mathieu Bélanger était toujours recherché par les enquêteurs jeudi après-midi.

PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

La police recherchait Denis Desputeaux jeudi après-midi.

Le Perse

Salemi-Seyfeddin, 28 ans, a été arrêté à 3 h 30 par le Groupe tactique d’intervention (GTI) du Service de police de la Ville de Montréal qui a fait irruption dans son condo de L’Île-des-Sœurs.

Il n’a offert aucune résistance et est apparu souriant lorsque La Presse a assisté à son arrestation.

Le 20 septembre 2019, Salemi-Seyfeddine était en compagnie de plusieurs membres des Hells Angels lors d’un gala de boxe présenté au Centre Pierre-Charbonneau.

Il avait notamment été observé par les policiers accompagnant le Hells Angels de Montréal Salvatore Brunetti.

Les motards avaient des places assises directement dans la zone de sécurité entourant l’arène et les organisateurs de l’évènement, New Era Fighting et Groupe Yvon Michel (GYM), avaient été convoqués devant la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Un enquêteur du Renseignement du SPVM avait déposé un rapport contenant certaines informations sur Salemi-Seyfeddine.

Surnommé « Le Perse » ou Mike, il avait été décrit comme un proche de Vincent Boulanger et « un sujet connu pour être très violent et imprévisible ».

Régulièrement enquêté par les membres du Groupe Éclipse, ces policiers du SPVM spécialisés dans la surveillance des bars et la collecte d’informations sur le crime organisé, Salemi-Seyfeddine avait déjà défié les policiers en leur demandant s’ils se rangeraient derrière les Hells Angels ou les membres des cartels mexicains, si ces derniers en venaient à s’imposer à Montréal.

Salemi-Seyfeddine a quelques antécédents criminels de voies de fait, voies de fait graves, non-respect des conditions et bris d’ordonnances.

Selon la police, Salemi-Seyfeddine serait un proche d’Amir Firouz Salari, blessé par balles en octobre dernier dans l’est de Montréal. D’après nos informations, il pourrait s’agir d’une erreur sur la personne.

Ce serait également un soldat de Salemi-Seyfeddine qui serait derrière une tentative de meurtre contre le défunt chef de gang Arsène Mompoint à Montréal, en août 2019.

Le mandat de l’ENRCO est de s’attaquer aux têtes dirigeantes du crime organisé au Québec.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.