La quinquagénaire et le sexagénaire grièvement blessés vendredi soir dans une maison en Estrie ont succombé à leurs blessures, a confirmé la Sûreté du Québec (SQ) vendredi soir.

Mis à jour le 19 février
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

Il s’agit de Patrizia Rao, 59 ans, et de Frédéric-Lynn Blair, 62 ans, a indiqué la SQ, en fin de journée samedi. Le drame a toutes les apparences d’un féminicide. Selon nos informations, il s’agirait d’un meurtre suivi d’un suicide. Le suspect serait le conjoint de la femme.

Vers 17 h 15 vendredi soir, un appel a été fait au 911 pour signaler une « personne en crise » dans une maison de la rue Lasnier à Dunham, en Estrie, a indiqué Marythé Bolduc, porte-parole de la SQ. C’est vers cette heure que Gina Maddocks, une voisine immédiate, raconte avoir entendu « un bruit sourd ». « Comme une porte qui se ferme », relate-t-elle à La Presse. Un policier a alors dit au mari de Mme Maddocks de ne pas sortir de chez lui.

Sur les lieux, les policiers ont découvert deux personnes grièvement blessées. Vers 22 h 45, elles ont succombé à leurs blessures, a confirmé la SQ.

« On est assommés, répète Gina Maddocks, en secouant la tête. Ce n’est pas tous les jours que tu regardes chez ton voisin et que tu vois deux corps sortir dans des sacs noirs » Devant la maison où avait eu lieu le drame, un drapeau du Canada flottait au vent samedi en fin de matinée. Par la fenêtre, une pointe de pizza laissée sur la cuisinière était toujours visible.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

« On se demandait ce qui se passait, raconte Patricia Jetté, une voisine d’en face. On espérait une belle fin. » De la fenêtre de son salon, Mme Jetté a vu les policiers arriver vendredi soir, ainsi que trois fourgons blancs. « C’est dur à comprendre », souffle Lucie Cabana, sa mère, par l’entrebâillement de la porte.

Les policiers ont quitté les lieux vers 7 h samedi matin, a confirmé Stéphane Tremblay, porte-parole de la SQ. « Une autopsie sera effectuée sur les corps des deux victimes afin de statuer officiellement sur les causes et circonstances des décès », a indiqué le corps policier, dans un communiqué.

Voisinage en deuil

Le voisinage de la rue Lasnier, qui compte une dizaine de maisons, est tissé serré, raconte Gina Maddocks. « Avoir su, j’aurais fait quelque chose », se désole-t-elle, en regardant vers la maison où s’est déroulé le drame.

Une autre voisine qui habite le quartier depuis 46 ans, Lise Michaud, est sous le choc. « Ça me fait extrêmement de la peine », laisse-t-elle tomber, au bord des larmes.

Si vous êtes victime de violence conjugale et cherchez aide et répit, contactez SOS violence conjugale au 1 800 363-9010. Des intervenants y sont disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Trouvez une maison d’hébergement pour femmes sur fmhf.ca.

Avec la collaboration de Daniel Renaud, La Presse