(Québec) Le gouvernement Legault accepte d'accorder aux juges des hausses salariales de 22 % à 50 % alors qu’il voulait limiter les augmentations à 9,3 %.

Mis à jour le 3 février
Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Il approuve ainsi la plupart des recommandations d’un comité chargé d’évaluer la rémunération des juges tous les quatre ans. Les gouvernements précédents ont refusé cinq fois sur sept, depuis 1998, les recommandations de ce comité.

Pour la période 2019-2022, « un rattrapage s’impose » pour les 308 juges de la Cour du Québec, concluait le comité de rémunération dans un rapport déposé à l’Assemblée nationale en octobre. Leur salaire devrait passer à 310 000 $ le 1er juillet 2022 selon lui. Il s’agit d’une hausse de 21,8 %, puisque leur salaire est fixé à 254 000 $ depuis 2018.

Le comité rejetait ainsi l’offre du gouvernement de 9,3 % ; la Conférence des juges réclamait 42 %.

Dans sa réponse écrite au comité, déposée au Salon bleu jeudi, le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, « propose d’approuver la recommandation » du comité. Il faut comprendre que la réponse du gouvernement doit être entérinée par l’Assemblée nationale, ce qui sera une formalité compte tenu de la majorité de la Coalition avenir Québec.

Une hausse également pour les juges de paix et municipaux

Les 43 juges municipaux permanents des cours de Montréal, de Québec et de Laval ont droit au même niveau d’augmentation que les magistrats de la Cour du Québec (22 %), ce qui portera leur salaire à 264 000 $. Le comité recommandait une hausse presque deux fois plus importante.

Pour les 39 juges de paix magistrats, le salaire passera de 144 960 $ à 217 000 $. Le gouvernement accepte ainsi la recommandation du comité, qui représente une hausse de 49,7 %. Le comité relevait qu’« il existe un problème d’attraction et de rétention des juges de paix magistrats », et le gouvernement estime que son augmentation importante « saura enfin porter fruit » en vue de régler ce problème.