(Québec) Le député de Rimouski, Harold LeBel, attend toujours de connaître la date de son procès pour agression sexuelle.

Publié le 6 déc. 2021
Caroline Plante La Presse Canadienne

Lors d’une audience par visioconférence lundi, le juge Raymond W. Pronovost a indiqué qu’il pourrait avoir lieu au mois d’avril ou au début du mois de mai 2022.

Le procès, qui se déroulera devant jury, devrait s’échelonner sur deux semaines.

Le juge a affirmé qu’il sera prêt à annoncer la date pour la tenue du procès d’Harold LeBel probablement d’ici la fin de l’année. Il a dit prioriser en ce moment des dossiers plus anciens.

L’avocat de la défense, Maxime Roy, avait déjà fait savoir que son client souhaitait un procès dans les plus brefs délais. Il a indiqué lundi que le mois d’avril lui conviendrait.

En revanche, Me Roy prévient contre la tenue d’un procès visant un député à l’automne 2022, au moment où la campagne électorale québécoise battra son plein.

Harold LeBel a été arrêté le 15 décembre 2020 par des policiers de la Sûreté du Québec, puis exclu du Parti québécois pour toute la durée du processus judiciaire.

Le 11 janvier 2021, il a annoncé par le truchement de son avocat son intention de plaider non coupable à l’accusation d’agression sexuelle qui a été portée contre lui.

Les actes qui sont reprochés à M. LeBel se seraient produits en 2017 ; l’identité de la présumée victime est protégée par une ordonnance de non-publication.

Rappelons que la nouvelle de l’arrestation d’Harold LeBel en décembre 2020 avait eu l’effet d’une bombe sur la colline parlementaire, où le député jouissait d’une bonne réputation.

Harold LeBel continue de siéger comme indépendant et a assuré qu’il continuerait d’assumer ses fonctions dans sa circonscription.

Il a avisé l’Assemblée nationale l’hiver dernier qu’il ne siégera pas physiquement au parlement, préférant se concentrer sur son travail en circonscription.