L’individu qui a tué Sébastien Beauchamp en décembre 2018 a utilisé trois pistolets, dont l’un s’est enrayé, et l’a pourchassé à pied près des pompes à essence du commerce, avant de l’abattre, non sans faire pleuvoir plusieurs balles perdues.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Il se peut aussi que le tueur ait su où se trouvait sa victime, car une balise GPS a été découverte plusieurs semaines plus tard sous le VUS loué par Beauchamp.

C’est ce qui est ressorti lundi au procès de Frédérick Silva, ce présumé tueur à gages accusé d’avoir tenté de tuer le chef de clan de la mafia, Salvatore Scoppa, en février 2017, et d’avoir assassiné Alessandro Vinci, Yvon Marchand et Sébastien Beauchamp, entre octobre et décembre 2018.

La Poursuite, représentée par MAntoine Piché, MNathalie Kléber et MAudrey Allard, a fini de présenter sa preuve dans les dossiers de Scoppa, Vinci et Marchand, et a commencé à présenter celle concernant le meurtre de Sébastien Beauchamp.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Sébastien Beauchamp

L’ancien membre des Rockers, un défunt club-école des Hells Angels, a été tué en plein jour, à 14 h 16, environ 15 minutes après avoir garé son Jeep Grand Cherokee dans la cour d’une station-service située à l’angle de la rue Langelier et du boulevard Robert, dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

La semaine dernière, la Poursuite a déposé trois appels faits au 911 par des citoyens, dont le gérant du commerce, qui ont notamment décrit qu’un homme venait de se faire tirer par un individu vêtu de noir, portant un sac noir, et « qui a couru après » sa victime sur le terrain de la station-service.

  • La portière du conducteur du Ford Grand Cherokee de Sébastien Beauchamp était ouverte lorsque les premiers policiers sont arrivés sur les lieux.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    La portière du conducteur du Ford Grand Cherokee de Sébastien Beauchamp était ouverte lorsque les premiers policiers sont arrivés sur les lieux.

  • Les cônes indiquent des emplacements où des douilles et un pistolet ont été récupérés.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Les cônes indiquent des emplacements où des douilles et un pistolet ont été récupérés.

  • Ce pistolet mitrailleur de marque Cobray muni d’un silencieux a été abandonné près du véhicule de Sébastien Beauchamp.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Ce pistolet mitrailleur de marque Cobray muni d’un silencieux a été abandonné près du véhicule de Sébastien Beauchamp.

  • Deux balles étaient coincées dans la chambre du pistolet mitrailleur Cobray.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Deux balles étaient coincées dans la chambre du pistolet mitrailleur Cobray.

  • Un des deux autres pistolets munis d’un silencieux abandonnés par le tueur.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un des deux autres pistolets munis d’un silencieux abandonnés par le tueur.

  • Une balle a percé la vitrine du dépanneur Couche-Tard de la station-service et a arrêté sa course dans un présentoir de croustilles.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Une balle a percé la vitrine du dépanneur Couche-Tard de la station-service et a arrêté sa course dans un présentoir de croustilles.

  • Une ou des balles ont fracassé une vitre de cette voiture qui circulait sur le boulevard Robert au moment des événements.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Une ou des balles ont fracassé une vitre de cette voiture qui circulait sur le boulevard Robert au moment des événements.

  • Un projectile a transpercé l’une des pompes de la station-service.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un projectile a transpercé l’une des pompes de la station-service.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0:00
 
0:00
 

Un technicien en scène de crime du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Carl Benson, a raconté avoir notamment photographié 15 douilles sur le terrain du commerce le soir du meurtre et trois pistolets munis de silencieux abandonnés sur place. L’une de ces armes, un pistolet-mitrailleur de marque Cobray, trouvé tout près du véhicule de la victime, était enrayé. Une balle intacte a aussi été retrouvée près du VUS de Beauchamp. Le chargeur de l’un des pistolets de marque Ruger était vide.

Le témoin a aussi indiqué qu’une balle perdue a fracassé la vitre d’une voiture qui circulait tout près, qu’une autre a percé la vitre d’un autre véhicule et s’est fichée dans le toit, à l’intérieur, juste au-dessus du siège du conducteur, qu’une troisième s’est logée dans une pompe à essence et qu’une autre a transpercé la vitrine du dépanneur Couche-Tard avant de finir sa course dans un présentoir de croustilles.

Des souliers à deux tons

Un enquêteur des Crimes majeurs du SPVM, David Desrochers, a présenté une vidéo captée par les caméras de surveillance de la station-service. On peut voir sur un écran les jambes d’une personne qui court, poursuivie par une autre personne portant des souliers foncés et blancs, devant la vitrine du commerce.

Quelques secondes plus tard, sur un autre écran, Sébastien Beauchamp marche lentement, traverse les allées des pompes de la station-service et s’effondre sur le trottoir de la rue Langelier.

L’enquêteur Desrochers a également présenté une autre vidéo captée par la caméra d’une résidence de la rue Sulte peu avant le crime sur laquelle on voit une voiture blanche se garer et un homme en sortir du côté passager. L’homme porte des vêtements sombres et des souliers foncés et blancs. Il enfile un sac en bandoulière et marche vers la rue Langelier. Peu après, il revient en courant et s’engouffre dans la voiture qui démarre en trombe.

On a aussi appris qu’une balise GPS a été découverte sous le VUS loué par Beauchamp, mais seulement après que les policiers soient retournés chercher le véhicule, pour l’examiner, en juin suivant.

Les enquêteurs n’ont pas identifié et enquêté le ou les clients qui auraient loué le VUS entretemps, selon ce qu’on a appris lors du contre-interrogatoire de MDanièle Roy qui représente Frédérick Silva.

Le procès se poursuit mardi pour une 19e journée.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.