Simon-Olivier Bendwell n’avait que 18 ans. Ce soir-là, il voulait seulement prendre un verre avec un ami au centre-ville de Montréal. Mais il n’a jamais eu cette chance. Dans le Quartier des spectacles, un homme « agressif » l’a poignardé dans le dos. Un meurtre gratuit commis sans raison apparente.

Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse

C’est le portrait qu’a brossé au jury mardi la procureure de la Couronne MKaterine Brabant à l’ouverture du procès de Maxime Chicoine-Joubert, accusé du meurtre prémédité de Simon-Olivier Bendwell et d’une agression armée à l’égard d’Alexander Fitchev.

« Il sera question d’une victime innocente, qui le 28 juillet 2019, a eu le malheur de croiser le chemin de l’accusé. L’accusé, Simon-Olivier ne le connaissait ni de près ni de loin », a affirmé MBrabant dans sa déclaration d’ouverture au jury.

Ce soir-là d’été, Simon-Olivier Bendwell rejoint son ami Alexander Fitchev au métro Saint-Laurent, dans le Quartier des spectacles de Montréal. Alors qu’ils marchent en direction d’un bar, leur destin chavire. Au coin des boulevards De Maisonneuve et Saint-Laurent, un homme s’en prend « sans raison » à Alexander Fitchev avec un couteau, selon la Poursuite.

« Mais Alexander sera chanceux. Il va réussir à éviter le pire, à se déprendre de son emprise. Malheureusement, Simon-Olivier n’a pas eu la même chance. Quand il tente de s’éloigner et de traverser la rue, l’accusé va l’attaquer d’un coup de couteau dans le dos. Ce soir-là, la colère et l’agressivité de l’accusé ont culminé avec une attaque au couteau envers Simon-Olivier », a soutenu MBrabant au jury.

Simon-Olivier Bendwell n’était toutefois pas la première cible de Maxime Chicoine-Joubert ce soir-là, prétend la Couronne. À deux reprises, l’accusé, accompagné de deux amis, s’est rendu dans un restaurant Subway du centre-ville pour provoquer un employé, qui a même dû appeler les policiers, a raconté MBrabant. C’est seulement quelques minutes plus tard qu’il aurait attaqué Simon-Olivier Bendwell.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Des proches de la victime ont assisté au début du procès mardi au palais de justice de Montréal.

Pendant le procès, le jury aura la chance de visionner des vidéos montrant les secondes « avant et après le coup de couteau ». « Vous pourrez constater que la seule personne armée d’un couteau, et bien, c’est l’accusé. Vous remarquerez également la rapidité avec laquelle l’accusé sort son couteau, sans raison, lorsqu’il croise Alexander et Simon-Olivier », a fait valoir MBrabant, qui fait équipe avec MLouis Bouthillier.

Quelques jours après le meurtre, Maxime Chicoine-Joubert a fait deux recherches sur l’internet, selon la poursuite : « meurtre Montréal sentence » et « meurtre second degré définition ».

MMarie-Hélène Giroux défend l’accusé. Le procès se poursuit mercredi devant le juge Marc-André Blanchard.