Une carabine de style militaire avec lunette et trépied, des pistolets mitrailleurs, des carabines et fusils dont le canon de certains a été tronçonné, une carabine avec viseur au laser, des armes de poing, plus de 200 boîtes de balles, plus de 30 chargeurs, des silencieux ; un véritable arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Des éléments de cet arsenal correspondent à des armes décrites sur des listes manuscrites découvertes chez Marie-Josée Viau et Guy Dion le jour de leur arrestation, cinq semaines plus tard.

C’est ce qu’un enquêteur des Crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, Steve Barabé, a raconté mercredi, au jour 7 du procès devant jury du couple de Saint-Jude accusé d’avoir comploté et participé aux meurtres des frères Falduto.

Selon la théorie de la poursuite, les deux frères ont été tués par un tueur à gages de la mafia – devenu agent civil d’infiltration pour la police – le 30 juin 2016, dans le garage du couple, sur le rang Salvail Sud, à Saint-Jude. Marie-Josée Viau et Guy Dion auraient ensuite brûlé les corps et s’en seraient débarrassés, en plus d’effacer toute trace du double meurtre.

PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

Des similitudes

L’enquêteur Steve Barabé a raconté que le 10 septembre 2019, lui et un collègue ont amorcé l’inventaire de plusieurs armes, munitions, chargeurs, silencieux, sacs et autres équipements découverts lors d’une entrée subreptice dans un entrepôt du boulevard Chomedey à Laval.

Les jurés ne connaissent pas les circonstances exactes qui ont mené les enquêteurs à faire cette découverte, mais tout indique qu’elle a été réalisée dans le contexte de l’enquête sur les meurtres des frères Falduto.

Cinq semaines plus tard, le 16 octobre, le couple Viau-Dion a été arrêté. Steve Barabé était l’enquêteur responsable de la perquisition effectuée dans leur maison de Saint-Jude. Il a expliqué que des listes d’armes figuraient au nombre des objets recherchés par les limiers.

Durant les fouilles dans la maison, un enquêteur s’est présenté à lui avec deux listes manuscrites totalisant 36 pages en lui disant qu’ils avaient peut-être trouvé ce qu’ils cherchaient.

L’enquêteur Barabé a dit avoir alors parcouru les listes et reconnu des objets trouvés dans l’entrepôt de Laval cinq semaines plus tôt, notamment des descriptions de caissons, d’étuis et de sacs de sport, et les armes qu’ils contenaient.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

  • Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

    PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

    Un arsenal de guerre a été découvert par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à Laval en septembre 2019, durant l’enquête sur les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Quand je suis arrivé au bureau, j’ai remarqué que sur la première page, il y avait la description de trois armes avec des caisses Flambeau outdoor noires. Il y avait deux caisses qui avaient chacune une arme, dont une SKS-D, et une caisse qui contenait deux armes. Une SKS-D, avec lunette et trépied, c’est une arme de sniper comme on en voit dans les émissions. On n’en voit pas souvent. Ça a attiré mon attention tout de suite et j’ai fait le lien », a notamment expliqué M. Barabé.

Un pont souvent emprunté

L’enquêteur a également raconté qu’une pile de factures de passages sur le pont de l’autoroute 25 reliant Laval à Montréal aux noms de Guy Dion et de Marie-Josée Viau a été découverte chez le couple.

Vingt-huit passages, dont certains allers-retours le même jour, ont été effectués entre février et août 2016.

Sur ces 28 passages, 22 ont été effectués entre le début avril et le début juin seulement.

Le procès devant jury se poursuivra mardi de la semaine prochaine.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.