Le procès de Victorio Reno Pereira pour homicide involontaire au Cinéma L’Amour a lieu au palais de justice de Montréal. L’accusé aurait frappé un client de l’établissement qui tentait de toucher sa petite amie alors qu’il était en pleins ébats sexuels avec elle. Or, cet homme de 59 ans a succombé à ses blessures.

Véronique Lauzon
Véronique Lauzon La Presse

Le 25 juin 2018, peu après 22 h, Victorio Reno Pereira et une femme sont entrés dans le cinéma érotique du boulevard Saint-Laurent pour visionner un des films à l’affiche. Environ une trentaine de minutes plus tard, ils en sont ressortis rapidement, selon les images captées par les caméras de surveillance situées dans le hall d’entrée.

Que s’est-il passé à l’intérieur de la salle de cinéma ? Un homme qui était présent a témoigné lundi au palais de justice de Montréal. Habitué du Cinéma L’Amour, il a expliqué que lorsque des couples entrent dans la salle et qu’ils ont des rapports sexuels, « les autres hommes regardent le spectacle ». C’est ce qui serait arrivé le soir de la mort de Juan Hernandez Cortez, 59 ans.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Le Cinéma L’Amour

Alors que le film érotique tirait à sa fin, M. Pereira et une femme auraient mis les pieds dans la grande pièce obscure. La femme aurait d’abord fait une fellation à l’accusé, ce qui aurait attiré une « dizaine d’hommes » autour d’eux, dont ce témoin. « Il semble ensuite que l’homme a pénétré la femme », a-t-il raconté.

Coups de poing au visage

À ce moment, M. Hernandez Cortez aurait tenté d’attirer la femme vers lui, parce qu’il aurait voulu « participer à l’action ». L’accusé lui aurait dit “non” à deux reprises, sans succès. « Ç’a commencé à se pousser. »

Des coups de poing « légers » auraient été donnés par les deux hommes, au visage de l’autre. Les clients rassemblés auraient alors vivement signifié que la bagarre devait cesser.

M. Hernandez Cortez aurait tourné les talons et se serait éloigné du couple.

Mais d’après un autre homme présent au moment de l’altercation et qui est venu témoigner lundi, M. Pereira n’en avait pas terminé avec la victime. Il aurait marché vers l’homme et lui aurait donné un autre coup de poing. « La victime a culbuté les bancs et je l’ai entendue tomber par terre », a allégué ce deuxième témoin. D’après lui, l’accusé et la femme auraient quitté les lieux sur-le-champ.

La victime est morte au Centre universitaire de santé McGill 13 jours plus tard, soit le 8 juillet 2018.

Retour sur les lieux

L’administrateur du Cinéma L’Amour, Steven Koltai, n’était pas sur les lieux au moment de l’évènement. Il a tout de même présenté les images vidéo captées par les caméras de surveillance du hall d’entrée, dont les allées et venues du couple.

Il a également raconté que l’accusé est revenu dans le cinéma érotique pour s’entretenir avec lui, le 28 juin 2018. D’après M. Koltai, M. Pereira semblait avoir appris par les médias que M. Hernandez Cortez était dans un état critique à l’hôpital. « Il avait l’air soucieux à propos de la victime », a indiqué M. Koltai.

M. Pereira n’aurait pas voulu rencontrer les autorités policières à ce moment-là. En fait, ce n’est que le 10 août 2018 qu’il a rencontré pour la première fois des enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal. Il a été accusé d’homicide involontaire en octobre 2018.

Le procès se poursuivra mardi au palais de justice de Montréal.