La police de Montréal sollicite l’aide de la population afin d’identifier des « victimes potentielles » de Robert Charpentier, un enseignant retraité qui a récemment été accusé d’exploitation sexuelle et de grossière indécence.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

Selon un communiqué émis par le corps policier, les faits reprochés à l’homme, qui est aujourd’hui âgé de 74 ans, « auraient été commis envers des mineurs au cours des années 1980 et 1990 ».

Les autorités affirment que « durant une trentaine d’années, Robert Charpentier a enseigné l’anglais et la musique dans une école anglophone de l’Ouest-de-l’Île ». Il est accusé d’avoir « agressé sexuellement deux élèves à sa résidence, de même qu’à proximité de l’école et lors d’activités parascolaires » au cours de cette même période.

Mais selon les enquêteurs, l’affaire ne s’arrêterait pas là. Les agents disent en effet avoir « des raisons de croire que l’accusé aurait pu faire d’autres victimes », a poursuivi le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans sa déclaration.

D’après le descriptif fourni par la police, le septuagénaire mesure 1,83 mètre, soit l’équivalent de six pieds, et pèse 75 kilogrammes, c’est-à-dire environ 165 livres. Il a les cheveux gris ainsi qu’une « calvitie partielle ». L’homme a aussi les yeux bruns et s’exprime « aisément » en anglais et en français.

Étant donné que plusieurs victimes ont été identifiées durant cette enquête, c’est la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS) qui a été déployée, précise le SPVM. Il s’agit « d’une structure de commandement unifiée au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier les crimes commis par des prédateurs ». C’est la Sûreté du Québec qui assure la coordination de cette unité dédiée, dont l’objectif premier est « mieux protéger » les victimes d’agressions sexuelles.

Toute personne détenant une information pertinente, ou qui aurait été victime de Robert Charpentier, est invitée à communiquer avec la Section des agressions sexuelles de la police de Montréal, au 514 280-8502. Le centre d’Info-Crime Montréal peut aussi être joint de manière anonyme, au 514-393-1133.