Les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont procédé à l’arrestation d’un homme de 24 ans en lien avec des accusations de séquestration, d’agressions sexuelles et armées et de voies de fait. La police a des raisons de croire qu’il aurait fait d’autres victimes.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Selon certains éléments de preuve relevés durant l’enquête, Elamin Jibriel ciblait en ligne de jeunes femmes via des sites d’escortes, qui n’ont pas été identifiés.

Les rendez-vous avaient lieu dans son domicile situé dans l’arrondissement d’Ahuntsic – Cartierville, ou chez la victime. À chaque rencontre, le suspect « menace la victime, l’empêche de quitter le logement et se livre à diverses agressions sexuelles », a expliqué le SPVM dans un communiqué.

Les enquêteurs disent avoir rencontré plusieurs victimes à la suite de signalements, et sont maintenant à la recherche d’autres femmes qui auraient été interpellées par cet homme. Le corps policier affirme qu’il a de bonnes raisons de croire que d’autres victimes « ne se sont pas manifestées », d’où la nécessité de diffuser cet appel public.

Toute personne qui aurait été victime de l’agresseur présumé est invitée à se rendre à son poste de quartier ou à communiquer directement avec les enquêteurs de la Section des agressions sexuelles au 514 280-8502. Il est aussi possible de partager de l’information de façon anonyme et confidentielle en communiquant avec Info-Crime Montréal, au 514 393-1133.

Retour en cour le 26 avril

Elamin Jibriel devrait savoir lundi prochain s’il devra demeurer détenu en attendant son procès, pour la suite des choses. « Son dossier revient à la Cour le 26 avril prochain au stade de l’enquête sur mise en liberté », confirme à ce sujet la porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), MAudrey Roy Cloutier, dans un courriel.

La juriste précise par ailleurs qu’une ordonnance « limitant la publication de tout renseignement permettant d’identifier les victimes est en vigueur ». La décision du tribunal à la suite de l’enquête sur mise en liberté devrait être rendue lundi.

Au total, 10 chefs d’accusation ont été déposés dans cette affaire. Dans la dénonciation, obtenue par La Presse, on lit notamment que Jibriel aurait « étouffé et étranglé » l’une de ses victimes en dérobant des biens lui appartenant et en menaçant d’utiliser une arme à feu. Il lui aurait aussi infligé des lésions corporelles lors d’une agression sexuelle.

D’après le descriptif fourni par les autorités jeudi, Elamin Jibriel mesure 1,75 m (5 pi 7 po) et pèse 61 kg (134 lb). Le présumé agresseur a comparu au palais de justice de Montréal le 31 mars dernier.