Un incendie a forcé l’évacuation d’une centaine de personnes d’une résidence pour aînés de Rawdon, dans Lanaudière, dimanche matin.

Alice Girard-Bossé Alice Girard-Bossé
La Presse

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les flammes sont apparues vers 5 h dimanche matin. La présence de fumée a nécessité l’évacuation du bâtiment de la rue Queen, qui compte 160 logements. Tous les résidants ont été évacués vers un endroit sécuritaire en 18 minutes, indique Michel Vauclair, directeur régional de la Résidence Sainte-Anne. « Ça s’est fait très rapidement et dans un calme incroyable. C’était vraiment impressionnant. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Quatre personnes ont dû être transportées vers le Centre hospitalier de Lanaudière (CHDL), situé à Joliette. Trois résidants ont été évalués pour des stress cognitifs et un pour un stress pulmonaire, a précisé M. Vauclair. Leur vie n’est pas menacée.

Dès l’aube, une centaine d’occupants de la Résidence Sainte-Anne ont été déplacés au Collège Champagneur, non loin du foyer pour aînés. « Quatre-vingt-dix pour cent des résidants sont venus à la marche ou en marchette au Collège. Quelques-uns ont été déplacés avec le service d’autobus qui a été dépêché sur les lieux », a expliqué M. Vauclair.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La ministre responsable des Aînés Marguerite Blais s’est rendue sur les lieux dimanche après-midi. « Quand je suis arrivée, les gens étaient au Collège Champagneur avec des bénévoles. C’était très bien organisé. Il y avait certaines personnes avec leur famille, d’autres étaient seuls. J’ai senti une solidarité malgré toute cette tristesse-là », a-t-elle dit.

C’est également ce qu’a remarqué Louise Guilbeault, nièce d’un résidant. « Ça a très bien été, c’était vraiment bien organisé. Ils avaient déjà eu des pratiques et en quelques minutes, tous les résidants étaient sortis », dit-elle.

L’oncle de Mme Guilbeault habite à la résidence depuis plus de six ans et a été transféré à l’hôpital de Joliette à la suite de l’incendie, puisqu’il demandait des soins spécialisés. « Il est entre bonnes mains », a-t-elle affirmé, sereine. Elle a toutefois ajouté avoir été surprise d’apprendre la nouvelle. « C’est dommage, c’était notre patrimoine. »

La résidence se divisait en trois ailes, dont le bâtiment d’origine, qui était à l’époque un couvent des Sœurs de Sainte-Anne puis une école, ainsi que deux autres ajoutées plus récemment, a expliqué Gyslain Beauregard, ancien employé de la résidence. « Ils sont chanceux d’avoir eu le temps d’évacuer tous les résidants, dit-il. C’est un vieux bâtiment, le feu a pris rapidement. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Gyslain Beauregard, ancien employé de la résidence

Au cours de l’après-midi, le feu a repris de l’ampleur. Le CISSS de Lanaudière a indiqué que 65 résidants autonomes allaient être hébergés à l’hôtel, 43 allait être transféré au CHSLD Saint-Eusèbe à Joliette et 13 allaient être dirigés vers d’autres ressources du milieu répondant à leurs besoins. Une quarantaine de résidants allaient être hébergés chez leur famille. La ministre Blais se réjouit de la vitesse et de l’efficacité avec lesquelles les résidants ont été relocalisés.

La cause de l’incendie demeure toujours incertaine. « On sait qu’il y a eu feu à partir du sous-sol, à travers les murs jusqu’au plafond, mais on ne sait pas où ça a commencé exactement. On va attendre que l’investigation commence demain », a expliqué M. Vauclair. Au moment d’écrire ces lignes, le feu n’était toujours pas maîtrisé.

Les flammes ont réduit en cendres la partie historique du bâtiment, qui contenait 60 appartements, principalement occupés par des résidants semi-autonomes et en perte d’autonomie.

L’ensemble du bâtiment était giclé et venait d’avoir un nouveau système d’alarme. L’ensemble des vérifications de la Régie du bâtiment du Québec avaient été effectuées au cours de l’année, soutient M. Vauclair.

Des démarches ont actuellement cours avec les organismes et vétérinaires de la région pour héberger les animaux de compagnie des résidants pendant la durée de la relocalisation.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Aucun résidant ne sera en mesure de réintégrer le bâtiment pour le moment, a indiqué dimanche après-midi la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière.

Les policiers et ambulanciers portaient assistance aux pompiers, avait indiqué plus tôt dimanche un porte-parole de la Sûreté du Québec, Stéphane Tremblay.

Une équipe d’intervenants psychosociaux du CISSS était présente sur les lieux pour offrir du soutien psychosocial aux résidants et pour informer leurs familles de l’évènement.

Le personnel du CISSS verra à procéder à la désinfection du gymnase du Collège Champagneur qui a accueilli les résidants évacués.

Dimanche soir, les pompiers de plusieurs municipalités étaient toujours sur place et la circulation demeurait difficile aux alentours.