Un pédophile d’Hochelaga-Maisonneuve qui agressait sexuellement de jeunes garçons du voisinage et produisait de la pornographie juvénile avec la complicité de sa conjointe a reconnu sa culpabilité jeudi. Mais Maxim Grondin pourrait cacher d’autres secrets, puisque les enquêteurs n’arrivent toujours pas à accéder à tout le contenu de son ordinateur.

Publié le 21 janv. 2021
Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse

L’homme de 42 ans a coupé court à son procès de deux semaines en plaidant coupable jeudi à cinq chefs d’accusation de contacts sexuels, de possession et de production de pornographie juvénile. Il a aussi rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite, toujours entre juin 2017 et septembre 2018.

Maxim Grondin s’en est pris à trois enfants du quartier qu’il gardait parfois pendant la nuit avec sa conjointe, Caroline Curadeau. Il était alors en liberté illégale, puisqu’il ne s’était pas présenté en prison pour purger sa peine de 90 jours d’emprisonnement les fins de semaine imposée en décembre 2017 pour possession de pornographie juvénile.

La première victime, un garçon de 8 à 9 ans, passait parfois la nuit chez les Grondin-Curadeau. Il revenait toujours chez lui avec des bonbons et des surprises. À plusieurs reprises, Maxim Grondin et sa conjointe ont masturbé le garçon en « précisant que ces gestes faisaient partie de son développement et constituaient les “choses de la vie” », a indiqué à la cour la procureure de la Couronne MAmélie Rivard.

Maxim Grondin s’est également livré à des fellations sur l’enfant, alors que de la pornographie jouait devant eux. Le pédophile montrait d’ailleurs souvent au garçon des vidéos de pornographie juvénile en présence de sa conjointe, indique le résumé des faits présenté en cour. Deux autres garçons de 6 et 8 ans ont aussi été victimes de Maxim Grondin.

Les policiers ont retrouvé plus de 1100 photos de pornographie juvénile, dont certaines montraient des enfants de 6 à 12 ans ayant des rapports sexuels avec des adultes. Des photos de Maxim Grondin en train d’agresser l’une des victimes ont également été découvertes.

Fait notable, malgré les efforts des enquêteurs, une partie de l’ordinateur de Maxim Grondin – qui est informaticien – demeure impénétrable. En effet, « plusieurs contenants encryptés » sont si bien protégés que les enquêteurs n’arrivent pas à accéder à de nombreuses données, dont on ignore le contenu.

À la demande de la poursuite, le juge Alexandre Dalmau a envoyé Maxim Grondin dans un institut psychiatrique afin d’évaluer sa dangerosité. Selon le rapport produit par les experts, la Couronne pourrait ensuite demander de déclarer le pédophile délinquant à contrôler ou délinquant dangereux. Dans tous les cas, il risque une longue peine de détention.

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

Caroline Curadeau

Sa conjointe, Caroline Curadeau, a plaidé coupable à des accusations similaires en mai 2019 et a été condamnée à trois ans de détention. Selon les faits admis, elle savait depuis 2016 que Maxim Grondin était pédophile. Ça ne l’a toutefois pas empêchée de continuer à vivre avec lui, ni même d’encourager « les enfants à les visiter bien qu’elle sache le risque qu’il représentait » pour eux.