Un homme de 28 ans a été accusé, jeudi, d’avoir tenté de commettre un incendie criminel et d’avoir menacé d’incendier une importante synagogue de Montréal, qui a été la cible, mercredi, de graffitis antisémites.

La Presse Canadienne

Adam Riga, âgé de 28 ans, de Montréal, a brièvement comparu par visioconférence, jeudi. Il devra maintenant subir une évaluation psychologique pour déterminer s’il est apte à être mis en accusation et il doit revenir devant le tribunal vendredi.

M. Riga avait été arrêté mercredi, peu de temps après que des croix gammées peintes à la bombe aérosol aient été découvertes sur les portes de la synagogue Shaar Hashomayim, à Westmount.

Le rabbin Adam Scheier a écrit aux membres de sa communauté qu’un agent de sécurité avait maîtrisé l’homme avant qu’il ne soit arrêté par la police, mercredi vers 14 h. Selon la direction du temple juif, le suspect avait aussi avec lui un bidon d’essence lors de son arrestation.

Selon un document judiciaire, M. Riga fait face à deux chefs d’accusation : possession de matériel incendiaire — un briquet et un bidon d’essence — et menaces d’incendier la synagogue.

L’incident a provoqué une indignation généralisée, notamment du premier ministre Justin Trudeau, qui a condamné cet « acte absolument odieux » sur Twitter. « Nous devons dénoncer la haine antisémite, peu importe où et quand elle se produit », a-t-il écrit mercredi soir.

Le premier ministre François Legault a également condamné mercredi soir « un geste antisémite inacceptable, qu’il faut dénoncer haut et fort ».

Le député fédéral montréalais Marc Miller a lui aussi condamné « cet acte qui n’a pas sa place dans ce pays ».

« La profanation du Shaar Hashomayim avec le symbole le plus vil et odieux du mal et de la haine est une honte ! », a-t-il écrit mercredi après-midi.