Un conducteur âgé de 37 ans qui tentait de semer les policiers, vendredi après-midi à Gatineau, aurait pris la passagère de son véhicule en otage après qu’une collision soit survenue. Lors de l’opération d’envergure, un patrouilleur a fait feu sur l’homme, dont la vie était toujours en danger vendredi soir.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

D’après les informations du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), qui sera chargé de déterminer les circonstances exactes de cet événement, la poursuite initiale a été engagée vers 15 h pour une raison toujours inconnue.

Selon le corps policier, le jeune homme dans la trentaine, dont l’identité n’a pas été révélée à ce stade-ci, aurait brûlé un feu rouge lors de la poursuite, semant les policiers qui ont alors abandonné l’opération comme le tout se déroulait dans un quartier « achalandé ». Peu après, le conducteur a toutefois provoqué une collision, et son véhicule s’est finalement immobilisé au coin des boulevards Maloney et Gréber.

Quand les policiers ont rejoint le véhicule, « l’homme, armé d’un couteau, aurait alors pris la passagère en otage », indique le BEI dans un communiqué diffusé en soirée.

C’est alors que les policiers « auraient utilisé leur arme de service » et que l’homme aurait été atteint. Il a été transporté d’urgence dans un centre hospitalier, où on craint toujours pour sa vie actuellement. Des personnes ont aussi été conduites dans un hôpital « pour des chocs nerveux », a déclaré le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Aucun policier n’a été blessé.

« L’événement est terminé et il n’y a aucune menace pour la population. Toutefois, le périmètre doit être maintenu aux fins d’enquête », a poursuivi le SPVG. Ainsi, le boulevard Maloney restera fermé dans les deux directions, entre la rue de l’Alliance et le boulevard Gréber, pour une bonne partie de la soirée. Le boulevard Gréber restera aussi fermé pour un moment entre la rue de la Savane et le boulevard de la Gappe. Idem pour l’entrée du Costco via le boulevard Gréber est.

Au total, huit enquêteurs du BEI se chargeront de faire toute la lumière dans cette affaire. Quand un civil est atteint par balle lors d’une opération policière, c’est automatiquement le BEI qui reprend l’enquête. La Sûreté du Québec prêtera pour sa part un technicien en identité judiciaire et un expert en reconstitution, pour toute la durée de l’investigation.

Toute personne qui détiendrait de l’information pertinente sur cet événement est d’ailleurs invitée à communiquer avec l’organisme, en visitant le site web www.bei.gouv.qc.ca.