(Montréal) L’avocat d’un couple québécois qui a quitté sa communauté ultra-orthodoxe juive a plaidé mercredi que les écoles hassidiques à Boisbriand sont illégales et n’offrent pas suffisamment d’enseignement laïque.

La Presse canadienne

Yochonon Lowen et Clara Wasserstein, qui ont quitté la communauté Tash de Boisbriand en 2010, demandent à la Cour supérieure un jugement déclaratoire pour « éviter que des générations futures d’enfants subissent ce qu’ils ont subi ». Ils soutiennent que le gouvernement du Québec et plusieurs écoles hassidiques ne leur ont pas assuré une éducation appropriée, en violation de la Loi sur l’instruction publique.

Dans ses plaidoiries finales, mercredi, leur avocat a déclaré au juge Martin Castonguay qu’il avait le pouvoir de pousser le gouvernement du Québec à faire quelque chose pour régler cette situation.

Me Bruce Johnston a soutenu que les preuves présentées au procès montrent que les écoles de cette communauté ne respectent pas la loi québécoise. L’avocat a aussi plaidé que ces écoles obligent les jeunes garçons à étudier si intensément les livres sacrés qu’ils n’ont pas le temps d’apprendre d’autres matières.

Des avocats représentant le gouvernement du Québec et les écoles hassidiques devraient présenter leurs plaidoiries finales plus tard mercredi.