Hier devant les journalistes, l’avocat d’Éric Lapointe a suggéré qu’un procès pour son client ne « serait pas dans l’intérêt de grand monde ».

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

« On aime toujours trouver des alternatives aux procès », a dit Me Jacklin Turcot.

Sages propos en apparence, n’est-ce pas ? Qui veut d’un procès quand on peut régler un litige entre gens raisonnables ?

Euh, pas vraiment, non.

On est dans une affaire criminelle. Plus précisément, on est dans un cas d’accusations de voies de fait contre une femme — enfin, soyons clair : de violence contre son ex-copine.

PHOTO AMY HARRIS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Éric Lapointe, en 2019

Ce n’est pas une querelle de couple. On n’est pas devant un thérapeute. On est devant la cour criminelle. La police est venue d’urgence. Des accusations ont été portées.

Un juge a trouvé l’affaire assez grave pour non seulement interdire toute communication, mais même interdire à l’accusé de se trouver à moins de 100 mètres de son ex. Sinon, c’est la prison en attendant son procès.

L’avocat ne s’est pas arrêté là : « Je suis d’avis que, dans la vie, la résolution de conflits passe par la communication, mais bon, depuis le jour 1, on a interdit à M. Lapointe de communiquer avec la plaignante, il respecte ces conditions », a dit Me Turcot aux journalistes.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

L’avocat du chanteur Éric Lapointe, Me Jacklin Turcot

« Est-ce qu’il voudrait communiquer avec la plaignante ? a demandé une journaliste.

— Je répète : je pense que la résolution de conflits passe par la communication, mais encore faut-il qu’on puisse communiquer, à vous d’interpréter ça… Je ne dis pas que M. Lapointe désire ou ne désire pas lui parler en ce moment ; ce que je vous dis, c’est qu’il y aurait lieu d’espérer que la communication puisse régler certaines choses dans ce dossier-ci comme dans tous les dossiers, c’est bien de communiquer. »

Non, Maître, ce n’est pas bien de communiquer dans « tous les dossiers ». C’est justement pour ça qu’on l’interdit aux hommes dans des dossiers semblables.

D’abord pour des raisons évidentes de sécurité. Ensuite pour des raisons tout aussi évidentes de risques de menaces, de manipulation ou de chantage.

Éric Lapointe est présumé innocent, on verra l’état de la preuve.

Mais dans les affaires de violence conjugale, on voit très souvent la manipulation, la honte, la culpabilité, la peur… venir à bout d’une victime. C’est aussi pour ça qu’on veut tenir loin l’accusé.

***

L’autre problème fondamental avec cet appel à la « communication », c’est qu’une affaire criminelle n’est pas entre deux personnes. Ce n’est pas entre un accusé et une victime. C’est entre l’État et un accusé. C’est la Reine contre Éric Lapointe !

Quand Éric Lapointe est accusé de gestes de violence envers son ex-copine, ce n’est pas un litige entre le rocker et son ex. C’est l’État qui l’accuse. L’ex-copine est « seulement » un témoin. Un témoin très particulier, bien entendu, puisqu’elle a le statut de « plaignante », éventuellement de victime si l’accusé est déclaré coupable — et ce qui vient avec : anonymat, périmètre de sécurité…

Dans leurs directives en matière de violence conjugale, les procureurs aux poursuites criminelles et pénales se font dire à la première ligne que « la violence conjugale n’est pas simplement une affaire privée, mais constitue un problème social grave et complexe qui comporte de multiples facettes ».

On incite les procureurs à faire preuve « de ténacité et de souplesse ». Pourquoi la ténacité ? Parce que bien souvent les victimes se sentent coupables, pensent aux conséquences pour leur ex, veulent tout arrêter…

« L’intervention doit viser à assurer la sécurité de la victime et celle de ses proches, à briser le cycle de la violence, à responsabiliser les agresseurs face à leurs comportements violents et à prévenir la récidive. »

Et pour ça, justement, il faut « encourager les dénonciations et favoriser la participation des victimes ».

Conséquence ?

« Le fait que la victime ne souhaite pas s’engager dans le processus judiciaire n’est pas un facteur déterminant pour l’autorisation d’une poursuite, lorsque des éléments de preuve indépendants sont disponibles. »

Autrement dit, même si la victime « retire sa plainte », l’affaire peut aller de l’avant – s’il reste de la preuve, évidemment.

La directive oblige aussi les procureurs à tenter de convaincre les victimes de la nécessité de témoigner. À leur expliquer le but et l’importance de l’intervention judiciaire. Et à carrément procéder sans le témoignage de la victime quand la preuve est autrement suffisante.

***

C’est donc particulièrement troublant d’entendre l’avocat de Lapointe sembler déplorer cette absence de communication directe avec la plaignante pour faire une sorte de règlement à l’amiable.

S’il veut communiquer, négocier, c’est avec le procureur de la Cour municipale, comme ça se fait tout le temps entre avocats. C’est ainsi que presque toutes les causes se règlent : par un aveu de culpabilité en échange du retrait de certaines accusations ou d’une peine négociée. Mais pas entre un accusé et la plaignante !

Imaginons que l’avocat du ministère public dise qu’un procès n’est dans l’intérêt de personne, et que pour l’éviter, il serait agréable qu’Éric Lapointe plaide coupable immédiatement.

Son avocat crierait au scandale devant une telle pression. Lapointe a droit à un procès juste, après tout !

Eh bien, savez-vous quoi ? La plaignante a aussi le droit de vivre ce processus pénible sereinement. Sans qu’on suggère une quelconque communication avec Lapointe, qui, nous dit-on, vit des conséquences « économiques et sociales ».