Le voyagiste montréalais Géo Tours affirme s’être fait flouer pendant 12 ans par une employée de confiance qui gérait pratiquement seule la trésorerie de l’entreprise. L’ancienne contrôleuse France Villeneuve aurait pigé plus de 350 000 $ dans les comptes, en se créant même un deuxième dossier de paye pour empocher plus d’argent.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

« [France Villeneuve] a eu recours à diverses manœuvres et divers subterfuges sciemment élaborés pour s’approprier illégalement la somme de 357 695,36 $ pour la période allant de 2005 à 2017 », allègue Géo Tours dans une poursuite déposée la semaine dernière à la Cour supérieure.

Le voyagiste spécialisé dans les groupes de touristes européens et les voyages terrestres à travers l’Amérique du Nord réclame près de 500 000 $ à son ancienne contrôleuse des comptes, dont 100 000 $ en dommages pour les « graves préjudices » subis. Notons que France Villeneuve ne fait face à aucune accusation criminelle.

De 1996 à 2017, France Villeneuve était devenue « omniprésente » chez Géo Tours. Elle avait gagné au fil des ans l’« entière confiance » des dirigeants. Signataire autorisée des comptes bancaires de l’entreprise, « elle était la seule personne à avoir une maîtrise totale du système informatique comptable », indique-t-on dans la requête.

À la suite de son départ en 2017, sa successeure a découvert dans le grand livre comptable de nombreuses transactions portant le nom du fournisseur « France » dans les « Dépenses groupes ». Il n’y avait toutefois ni libellé ni pièce justificative. Une enquête interne a révélé que des virements bancaires avaient été effectués à la faveur de Mme Villeneuve.

« Il est alors devenu évident pour [Géo Tours] que le compte de grand livre intitulé ‟Dépenses groupes" avait servi de tremplin à [France Villeneuve] pour s’approprier illégalement plusieurs sommes d’argent à même la trésorerie de [Géo Tours] », soutient le voyagiste dans la poursuite.

Un audit comptable des finances de l’entreprise a conclu que France Villeneuve avait empoché illégalement 357 695 $ de 2005 à 2017. Sur cette somme, près de 40 000 $ ont été accaparés grâce à une deuxième fiche d’employée et des heures supplémentaires. Selon Géo Tours, il est « très probable, voire même certain » que la somme détournée aurait été plus élevée si l’analyse comptable s’était penchée sur les années antérieures à 2005.

Joint par La Presse, le propriétaire de l’entreprise, Claude Fettaya, s’est abstenu de commenter, puisque l’affaire est maintenant devant les tribunaux. Nous n’avons pas réussi à joindre France Villeneuve dans le cadre de cet article.