Un corps a été localisé par la Sûreté du Québec (SQ), qui entame sa troisième journée de recherches pour retrouver les cinq touristes disparus dans la soirée de mardi lors d’une excursion en motoneige au Lac-Saint-Jean.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

« Il s’agit assurément du corps d’un motoneigiste », a confirmé Hugues Beaulieu, porte-parole de la SQ. La victime a été repêchée aux alentours de midi dans la rivière La Grande Décharge, vers le barrage, à plus de 2 km de l’endroit où les motoneiges ont été localisées. Il est encore trop tôt pour identifier la victime. « Ça va nous permettre d’orienter nos recherches, même si le périmètre reste le même », poursuit M. Beaulieu.

« Il n’est pas question en ce moment d’abandonner les recherches », avait déclaré le porte-parole vendredi matin.

Les plongeurs ont également trouvé jeudi des objets qui pourraient appartenir aux disparus. Le sergent Beaulieu n’a toutefois pas confirmé qu’il s’agissait bel et bien d’effets personnels aux touristes français qui manquent à l’appel. « Quand on fait de la plongée, on trouve des objets. Il s’agit maintenant de les analyser afin de déterminer s’ils sont associés à la scène », explique-t-il.

Une trentaine de membres de la SQ sont mobilisés et disposent de trois embarcations sur le lac. Ces engins sont dotés de propulseurs sous-marins et de sonars latéraux qui accélèrent les recherches. Un hélicoptère est également utilisé et rien n’est laissé au hasard. « Il s’agit d’un déploiement important. La technologie est de notre côté », ajoute le porte-parole.

Jeudi après-midi, quatre nouvelles motoneiges se sont ajoutées aux deux autres déjà repêchées mercredi.

La SQ a dévoilé jeudi après-midi l’identité des cinq Français disparus mardi soir lorsque leur excursion a tourné au drame. Il s’agit de Gilles Claude (58 ans), Yan Thierry (24 ans), Jean-René Dumoulin (24 ans), Julien Benoît (34 ans) et Arnaud Antoine (25 ans). Tous proviennent de l’est de la France.

Ils faisaient partie d’une expédition avec trois autres participants français et un guide. Celui-ci, Benoit Lesperance, a été trouvé sur la berge. Son décès a été constaté à l’hôpital.

Mardi soir, Janie Lamothe, commis dans un dépanneur de Saint-Henri-de-Taillon, a eu toute une surprise en voyant les trois motoneigistes faire irruption dans le commerce, demandant d’appeler les secours.

Un d’eux avait été secouru par ses amis. « Il y a un homme qui était glacé à la grandeur, il était tombé à l’eau, a raconté au téléphone la jeune femme de 17 ans. Un autre était glacé jusqu’à la taille. »

Les secours les ont pris en charge.

« Les trois hommes étaient assez paniqués, ils demandaient ce qui se passait [avec les autres participants] », a-t-elle relaté.

On ignore toujours pourquoi le groupe s’est éloigné des sentiers. Le secteur où ils ont disparu est périlleux et sans glace. L’enquête du coroner devra faire la lumière sur les circonstances entourant ce drame.

Enquête sur l’écrasement d’hélicoptère

PHOTO FOURNIE PAR LE BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

Par ailleurs, le Bureau de la sécurité des transports du Canada a envoyé une équipe pour enquêter sur l’écrasement de l’hélicoptère de la SQ survenu mercredi près de l’île Beemer. L’aéronef avait effectué un vol dans le cadre de l’opération de recherche et sauvetage des motoneigistes disparus et se dirigeait vers La Tuque lorsqu’il s’est écrasé sur le lac Saint-Jean gelé.

Le pilote à bord a subi des blessures graves et l’appareil a été lourdement endommagé.