La police de Montréal mène une perquisition dans un salon de soins esthétiques à l’intérieur du Pro Gym d’Hochelaga-Maisonneuve ce jeudi, dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent, a constaté La Presse.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Un photographe a vu plusieurs policiers du SPVM entrer à l’intérieur du Salon urbain Beauty N Beast, qui se trouve à l’intérieur du Pro Gym, en avant-midi.

« Il s’agit d’une perquisition de la section ACCES et produits de la criminalité. Il n’y a pas d’arrestations, c’est une perquisition en cours d’enquête », confirme l’agent Manuel Couture, porte-parole du SPVM. Aucun autre détail n’a été divulgué à ce stade sur l’enquête.

Sur sa page Facebook, le commerce écrit offrir des services d’extensions capillaires, coiffure, barbier, soins esthétiques et médico-esthétiques, bronzage, pose d’ongles et de cils, massothérapie et maquillage. Contrairement au gymnase, il n’est pas fermé en raison de la pandémie de la COVID-19.

Récemment, le Pro Gym a fait les manchettes lorsque son vice-président, Christian Ménard, un membre des Hells Angels, s’est présenté comme l’un des porte-paroles d’un regroupement de salles de conditionnement physique et de yoga qui voulaient défier les mesures sanitaires du gouvernement.

À la fin des années 90 et au début des années 2000, durant l’enquête Printemps 2001 qui a visé les Hells Angels et leur défunt club-école des Rockers, les policiers ont régulièrement observé l’ancien chef guerrier Maurice Boucher et plusieurs membres des Nomads devant le Pro Gym.