Un complotiste antimasque est accusé d’avoir transmis des menaces de mort à l’égard du Dr Horacio Arruda et des premiers ministres François Legault et Justin Trudeau. Adepte de la mouvance QAnon, Patrick Dussault a comparu cet après-midi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse

Il fait face à une accusation d’avoir transmis à un autre homme, le 3 novembre à Blainville, une menace de causer la mort ou des blessures au premier ministre François Legault, au Directeur de la santé publique Horacio Arruda et au premier ministre canadien Justin Trudeau. Il s’agit d’un chef déposé par déclaration sommaire, donc de moindre gravité.

Le résidant de Terrebonne de 41 ans est très actif sur les réseaux sociaux. Il dénonce fréquemment l’obligation du port du masque et fait la promotion de théories conspirationnistes sur l’origine de la COVID-19. Dans de récents messages, il associe François Legault au « totalitarisme » ou à un « traître » et réclame sa destitution. Notons que les accusations ne portent pas sur ces écrits publics.

Cette semaine, Patrick Dussault a publié une vidéo sur les réseaux sociaux le montrant sans masque dans une épicerie. Interpellé par un client et un employé du commerce, le complotiste refuse de partir. « Je connais mes droits. Je connais mes droits ! », clame-t-il, avant de rebrousser chemin quelques minutes plus tard.

Patrick Dussault n’est pas le premier citoyen à être arrêté pour des propos menaçants tenus contre François Legault ou Horacio Arruda sur les réseaux sociaux. Au moins cinq hommes ont fait face à des accusations similaires depuis août dernier, dont des individus de la région de Québec, du Lac-Saint-Jean et du Centre-du-Québec.

En 2002, selon le plumitif criminel, Patrick Dussault a reçu une sentence suspendue et une probation d’un an pour avoir entravé volontairement un fonctionnaire public ou un agent de la paix dans le cadre de son travail