Un violent criminel a tué sa propriétaire de 71 ans d’un coup au thorax, il y a deux ans, pour une simple histoire d’argent. Il a ensuite tenté de se débarrasser du corps avant d’être arrêté au terme d’une chasse à l’homme de quelques jours. Christopher Oliveira risque d’écoper de 13 ans et demi de prison pour ce crime.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Accusé de meurtre au second degré, le Lavallois de 34 ans a plaidé coupable lundi après-midi à une accusation moindre d’homicide involontaire pour avoir causé la mort de Nicole Chouinard en juin 2018 à Laval. L’homme de 6 pieds et 200 livres a de nombreux antécédents de violence.

En mai 2018, Christopher Oliveira loue une chambre dans la maison de Nicole Chouinard dans le quartier de Laval-des-Rapides. Le soir du 22 juin, l’accusé appelle son employeur pour lui dire que la victime lui a volé de l’argent pendant qu’il prenait sa douche. Sa patronne l’invite alors à porter plainte à la police.

Selon les faits présentés en cour, une dispute éclate entre Christopher Oliveira et sa propriétaire de 71 ans, lorsque celle-ci entend dans le corridor une conversation téléphonique de l’accusé avec sa patronne. Furieux, Christopher Oliveira empoigne la victime et la frappe au thorax, ce qui la projette au sol. Un geste qui provoque la mort de la septuagénaire.

Le criminel enroule le corps de Nicole Chouinard dans quatre couches de couverture et cache la dépouille derrière le cabanon. Le lendemain matin, Christopher Oliveira se présente chez sa patronne et lui explique avoir tué la victime en la poussant. Celle-ci s’est alors cogné la tête contre le mur, raconte-t-il.

Sa patronne suggère à Oliveira de se rendre aux policiers, mais l’accusé refuse. Plus tard dans la journée, l’accusé appelle sa patronne pour lui demander de ne pas contacter la police. Il ajoute qu’il va trouver quelqu’un pour « s’occuper du corps ». Les policiers découvrent finalement le corps de la victime, près du cabanon, à la suite d’un appel au 9-1-1 du fils de la patronne.

Ce n’est que cinq jours plus tard que la cavale de Christopher Oliveira se termine, lorsqu’il est arrêté dans un chalet abandonné à Sainte-Marcelline-de Kildare dans Lanaudière. Il admet son implication dans la mort de la victime pendant son interrogatoire policier.

À la suite de la reconnaissance de culpabilité lundi, l’avocate de la défense MMarie-Hélène Giroux et le procureur de la Couronne MJonathan Rabchuk ont présenté une suggestion commune de 13 ans et demi d’emprisonnement, moins le temps purgé en détention préventive. La juge Lyne Décarie n’a toutefois pas encore entériné la peine, comme la Couronne a demandé une évaluation en vue de déclarer l’accusé délinquant à contrôler.