(Québec) En deuil depuis la mort tragique d’un de ses administrateurs chevronnés dans une tuerie samedi soir, la direction du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) va organiser une veillée mardi à la mémoire de François Duchesne.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« Il n’y a pas de mots pour exprimer notre tristesse face à la perte d’un collègue et ami de la qualité de François Duchesne », a réagi lundi matin le directeur du Musée, Jean-Luc Murray. « Il y a mille et une manières de mourir et François ne méritait pas cette fin terrible et si violente. »

À la mémoire de son directeur des communications et du marketing, le MNBAQ va organiser une veillée mardi à 18 h, devant le pavillon Pierre Lassonde. Le pavillon sera d’ailleurs éclairé de vert les prochains jours, « symbole d’espoir ».

François Duchesne, 56 ans, se promenait dans le Vieux-Québec samedi soir lorsqu’il s’est fait attaquer à l’arme blanche. Selon les policiers, l’assaillant de 24 ans a choisi ses victimes au hasard. Il a également tué Suzanne Clermont, 61 ans.

L’homme était un administrateur chevronné, membre de plusieurs conseils d’administration et décrit comme « impliqué dans la communauté » de Québec.

« Tout au long de son implication au Musée, François a démontré une capacité inouïe à résoudre tous les problèmes, à surmonter les embûches ainsi qu’à fédérer et motiver son équipe », a ajouté le directeur du MNBAQ.

Le succès de l’exposition Frida Kahlo, Diego Riva et le modernisme mexicain, notamment, ne lui était pas étranger, a ajouté M. Murray.

La famille de M. Duchesne a reçu la nouvelle de sa mort de plein fouet. « On est vraiment sous le choc. […] François était quelqu’un d’infiniment bon et d’apprécié de tous. C’est d’autant plus difficile », a dit à La Presse sa sœur, Dominique Duchesne.