Les voisins de Carl Girouard et de sa famille ont appris les détails des agressions à l’arme blanche survenues à Québec avec surprise et désarroi, tandis que la Sûreté du Québec (SQ) a effectué une perquisition à Sainte-Thérèse au domicile du suspect.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Plantés devant la vaste scène policière, ils ont observé les allées et venues des agents pendant une bonne partie de la journée. Jamais rien de tel n’est arrivé dans le secteur, à l’intersection de la rue Vaudry et de la place Brosseau. C’est là où habite Carl Girouard, arrêté dans la nuit de samedi à dimanche en lien avec la funeste attaque survenue dans le Vieux-Québec.

Les véhicules de la SQ et de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville étaient postés devant la résidence du suspect dès 4 h dimanche. Des membres de l’escouade tactique et des policiers sont entrés dans l’immeuble où se trouve l’appartement.

Avant de s’installer dans son logement actuel, Carl Girouard résidait à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, chez sa mère. Des policiers et des proches se sont d’ailleurs rendus sur place en début de matinée à la demande de la famille.

Parmi les résidants de la rue, on a accueilli la nouvelle avec une grande tristesse teintée de stupeur.

« C’était un super bon garçon. On n’en revient pas », a confié la voisine de la famille, sous le choc. Elle et sa mère ont côtoyé le suspect en 2019 pendant les inondations survenues ici même.

Je ne le reconnais pas dans ce que j’entends. C’est terrible. Il a aidé sa mère et plusieurs voisins pendant les inondations. Il a prêté main-forte à du monde. Il n’avait vraiment pas l’air de quelqu’un de tourmenté ou perturbé, ou quoi que ce soit.

La mère de la voisine de la famille de Carle Girouard

Parmi le voisinage du suspect, personne ne connaissait le jeune homme.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Vers 16 h 30, les effectifs de la SQ ont quitté les lieux, mais la police de Blainville a continué de surveiller la scène bien après la tombée de la nuit.

Selon des occupants de l’étage où habite l’homme de 24 ans, les policiers ont passé au peigne fin son appartement. Vers 16 h 30, les effectifs de la SQ ont quitté les lieux, mais la police de Blainville a continué de surveiller la scène bien après la tombée de la nuit.

Un voisin, qui a préféré ne pas être identifié, a affirmé avoir vu le jeune homme se parler tout seul dans les dernières semaines, mais sans plus. Ses contacts avec le tueur allégué se limitaient à des formules de politesse.

Le suspect demeure à Sainte-Thérèse depuis moins d’un an, a confirmé Lise Duhamel, concierge de l’immeuble. Son frère habite le même édifice, dans un appartement différent. Selon nos informations, les deux frères avaient une bonne relation.

« Il me semblait comme une personne tout à fait normale. Un jeune homme silencieux qui semblait sans histoire. Il n’y a jamais eu de plaintes à son égard et aucune intervention chez lui », a raconté la femme, visiblement ébranlée.