Une fusillade dans le Vieux-Port de Montréal a fait cinq blessés, dont un policier. Selon nos informations, au moins 31 coups de feu auraient été tirés au total.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Trois policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s’étaient rendus près du Quai de l’Horloge, peu après 2 h dimanche matin, en raison d’une plainte concernant du bruit et de la musique forte.

À leur arrivée sur les lieux, un homme aurait tiré des coups de feu en leur direction, atteignant l’un des policiers du SPVM. Ces derniers ont répliqué, atteignant aussi l’homme de 33 ans qui avait d’abord ouvert le feu.

D’après nos informations, tout a commencé vers 2 h lorsque le présumé suspect, Adam Pichette aurait eu une altercation dans un bar avec un individu qu’il connaissait. Les deux hommes ont été expulsés de l’établissement, mais leur dispute s’est poursuivie dehors.

Pichette aurait alors extirpé une arme de poing de son sac en bandoulière et tiré en l’air.

Un témoin aurait ensuite avisé des policiers qui circulaient à vélo. Lorsque ceux-ci se sont approchés, le suspect, qui aurait été intoxiqué par l’alcool ou la drogue, aurait alors ouvert le feu vers eux, sans avertissement.

Les policiers, qui seraient expérimentés selon nos sources, auraient immédiatement dégainé leur pistolet et répliqué dans un chassé-croisé qui aurait pu avoir de bien plus graves conséquences.

Le présumé tireur a été transporté à l’hôpital où, durant un certain temps, on a craint pour sa vie. Son état s’est toutefois stabilisé depuis.

L’un des tirs du suspect a atteint un policier au mollet. Trois civils ont aussi reçu des projectiles et souffrent de blessures mineures.

Adam Pichette a plusieurs antécédents criminels.

Comme c’est le cas lorsqu’une personne est blessée par un policier lors d’une intervention, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a ouvert une enquête.

Le dossier a été confié à huit enquêteurs du BEI qui devront notamment déterminer si toutes ces informations sont exactes.

Ils seront assistés de deux techniciens en identité judiciaire de la Sûreté du Québec (SQ) qui travailleront sous la supervision des enquêteurs du BEI.

Le BEI cherche d’ailleurs des témoins de l’évènement. Quiconque se trouvant sur les lieux lors de la fusillade peut communiquer avec le BEI sur son site web.