(Ottawa) Le nombre de personnes incarcérées au Canada a chuté de 16 % entre février et avril derniers, selon une étude de Statistique Canada publiée mercredi.

La Presse canadienne

En février, il y avait en moyenne 37 976 adultes incarcérés chaque jour dans les prisons fédérales, provinciales et territoriales. En avril, ce chiffre s’est établi à 31 901, pour une baisse « sans précédent » de 16 % selon Statistique Canada.

Le système carcéral a volontairement cherché à diminuer le nombre de personnes incarcérées dans ces établissements ce printemps, puisque les établissements carcéraux, où les nombreux détenus vivent à proximité, représentaient un fort risque de propagation de la COVID-19.

Plusieurs mesures ont donc été mises en place pour réduire le nombre de détenus dans les établissements. Par exemple, il y a eu mise en liberté provisoire ou anticipée des personnes jugées peu susceptibles de récidiver ou détention de personnes en attente de leur procès ailleurs que dans les prisons.

Statistique Canada précise cependant que « bien que les données […] fournissent une preuve de l’ampleur des variations durant la pandémie de COVID-19, elles ne peuvent indiquer la mesure dans laquelle les mises en liberté provisoire, les libérations anticipées ou les solutions de rechange à la détention ont contribué aux comptes sans précédent des personnes en détention ».

Des données supplémentaires seront recueillies ultérieurement pour découvrir l’effet exact qu’ont eu ces mesures sur la réduction de la population carcérale.

En date du 6 août, 1496 tests de dépistage de la COVID-19 avaient été effectués dans les établissements carcéraux fédéraux, selon le Service correctionnel du Canada. Près du quart de ces tests se sont avérés être positifs et deux décès ont été confirmés.

Diminution plus rapide chez les femmes

Dans les établissements provinciaux, le nombre de femmes incarcérées a chuté de 40 % entre février et avril, contre une diminution de 23 % chez la population masculine. S’il y avait 2147 femmes incarcérées dans ces établissements correctionnels en février, il n’y en avait plus que 1298 en avril.

De son côté, la population carcérale masculine dans les établissements provinciaux est passée de 21 938 hommes incarcérés en février à 16 883 en avril.