Le procès de Marc-Yvan Côté, Nathalie Normandeau et leurs co-accusés serait terminé depuis le printemps 2018, estime la Couronne, si les accusés — sauf l’ancienne vice-première ministre — n’avait pas contesté la décision du juge qui refusait d’assigner des journalistes à témoigner.

Le Soleil

Petit rappel. L’avocat de Marc-Yvan Côté a déposé une demande en arrêt des procédures de type Babos pour une conduite prétendument indigne de l’État, à savoir des fuites orchestrées par l’UPAC. MJacques Larochelle demandait que soit assignée la journaliste de Radio-Canada Marie-Maude Denis. Le juge André Perreault de la Cour du Québec a refusé en février 2018.

C’est à partir de là qu’une série d’appels interlocutoires vont s’enchaîner, jusqu’à la décision de la Cour suprême en septembre 2019, qui maintenait le refus d’assigner la journaliste et renvoyait l’affaire devant le tribunal inférieur.

>>> Lisez la suite de l'article sur le site du Soleil